×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du 24 mai 2012 : "Continuité ou rupture ?"

Vie professionnelle - mercredi 23 mai 2012 17:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Tradition républicaine oblige, les organisations professionnelles ont exprimé avec une touchante unanimité leur satisfaction à la nomination de Sylvia Pinel, députée radicale de gauche du Tarn-et-Garonne (fief historique du "radicalisme cassoulet" moqué naguère par Jean-Jacques Servan-Schreiber) comme ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme.

Il faut effectivement souhaiter, pour le bien du pays comme pour l'avenir des professions dont elle est en charge, pleine réussite à la nouvelle détentrice du portefeuille du Tourisme, accolé, comme d'habitude à d'autres responsabilités ministérielles.

Il n'est certes pas dans nos habitudes d'aborder ici des considérations politiques, mais il est indispensable néanmoins de rappeler la règle définie dès la nomination du Gouvernement par le Premier ministre, selon laquelle tout ministre battu aux prochaines élections législatives devra abandonner ses fonctions. Or, selon les observateurs les mieux informés, Sylvia Pinel ne part pas favorite dans sa circonscription.

Quoiqu'il en soit - soyons réaliste, le portefeuille du Tourisme n'est pas stratégique dans l'équilibrage politique d'une équipe -, il appartient à la profession de faire valoir haut et fort ses arguments afin de poursuivre son indispensable développement, jouer son rôle éminent dans la formation et l'emploi tragiquement malmené par la désindustrialisation, contribuer à cette fameuse croissance dont on sait bien qu'elle ne se décrète pas.

Promesse de campagne oblige, le candidat François Hollande s'est engagé ("sous réserve d'inventaire") à maintenir le taux de TVA à 7 % pour la profession, confirmant ainsi une décision prise par son prédécesseur.

Dans le cadre d'une précieuse continuité réglementaire, l'hôtellerie et la restauration ne peuvent prospérer qu'avec la certitude d'une stabilité des multiples textes qui encadrent leur activité.

Durant le quinquennat précédent, les métiers d'accueil ont été soumis à la même volonté réformatrice que beaucoup d'autres secteurs : qu'il s'agisse des normes de sécurité incendie, du classement des hébergements, de l'accessibilité, des lignes directrices fortes et obligatoires ont été définies, dont la mise en oeuvre doit aujourd'hui être finalisée. Au-delà des contingences politiques, toute activité économique inscrit son développement dans la durée. Et s'il faut souhaiter à Mlle Pinel son maintien au Gouvernement, c'est en se souvenant que le président de son parti, Jean-Michel Baylet, fut également ministre du Tourisme, entre 1990 et 1993.
L.H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Informatique et nouvelles technologies en CHR
par Thierry Longeau
Services