Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

À Orléans, une charte pour une "ville animée et apaisée"

Vie professionnelle - vendredi 27 avril 2012 15:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Orléans (45) Pour la 11e fois, la charte de bonne conduite des débits de boissons a été renouvelée : 30 professionnels suivent le mouvement.



Jean-Louis Jama, Florent Montillot et Alex Wagner ont signé une charte de bonne conduite.
Jean-Louis Jama, Florent Montillot et Alex Wagner ont signé une charte de bonne conduite.

Depuis de nombreuses années, la ville d'Orléans (45) et l'Umih 45 travaillent de concert pour "fluidifier" des relations parfois compliquées. Pour la 11e fois, une "charte de bonne conduite pour les débits de boissons" vient d'être signée individuellement par 30 établissements. 

Pour Florent Montillot, adjoint délégué à la tranquillité publique, il s'agit d'un "partenariat gagnant-gagnant" au service d'une "ville animée et apaisée". À l'origine, la charte était signée collectivement par les professionnels volontaires. La préfecture impose désormais que l'engagement des professionnels soit individuel avec à la clef le bénéfice de repousser l'heure de fermeture de 1 à 2 heures du matin. Sur les 33 établissements volontaires, 30 (dont 10 nouveaux) ont finalement reçu l'agrément et pourront afficher un panneau validé par la mairie et l'Umih.

"Fléau de l'alcoolisation"


La ville veut avant tout lutter contre "le fléau de l'alcoolisation" et "contre l'insécurité qui naît de l'addiction à l'alcool". Pour cela une "charte des bonnes pratiques des épiceries" a également été signée avec fermeture imposée à 1 heure du matin et interdiction de vente d'alcool au-delà de 23 heures. Pour le président de l'Umih 45, Jean-Louis Jama, cette charte peut renforcer la prévention et éviter de tomber sous le coup d'une "loi imbécile qui nous rend responsable de nos clients".

Alex Wagner, président des métiers de la nuit au sein de l'Umih, voudrait aller encore plus loin avec la volonté d'étendre l'opération capitaine de soirée une fois par mois dans les bars de la ville. Mais il souhaite aussi que, chaque mois, les bars puissent diffuser de la musique entre 17 et 22 heures. Et cela au service de l'animation qui est aussi l'objectif recherché par la municipalité.

Jean-Jacques Talpin

Journal & Magazine
Services