×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le restaurant nomade Ventrus veut lever 1,3 million d'euros

Restauration - jeudi 24 novembre 2022 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Ce restaurant bistronomique nomade, qui accueille des chefs en résidence, entame une levée de fonds afin de financer son développement.



Ventrus est un lieu nomade et atypique, qui marie cuisine de qualité et laboratoire de solutions écologiques.
© AnneClaireHeraud
Ventrus est un lieu nomade et atypique, qui marie cuisine de qualité et laboratoire de solutions écologiques.

Après un été passé en Camargue dans le parc du château d’Avignon, Ventrus fait son retour cet automne sur les bords du canal de l’Ourcq, à Paris. Le restaurant en bois et verre, signé par l’architecte François Muracciole, a le nomadisme dans le sang. “Ce ne sont pas les jolies vues qui manquent, mais les bons restaurants pour en profiter. Ventrus permet de concilier les deux”, explique son fondateur, Guillaume Chupeau.

>> Lire aussi : Ventrus, un restaurant nomade et écoresponsable

Un an après son lancement, le concept est rôdé, et son créateur bien décidé à augmenter la cadence. “Nous avons signé un contrat de trois ans à La Villette, pour des sessions de six mois en automne et en hiver. À partir de fin juin 2023, le Domaine du Deffends, à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, accueillera un Ventrus permanent pour développer une offre d’oenotourisme. L’équipe de Martine Aubry souhaite qu’on s’implante dans le parc Matisse à Lille. Par ailleurs, nous sommes en pourparler avec Trégastel ou encore Stockholm”, énumère Guillaume Chupeau.

Un cahier des charges pointu

Pour répondre à ces ambitions, l’entrepreneur lance une levée de fonds de 1,3 million d’euros, auprès de deux groupes d’investisseurs et de banques. “Cela nous permettra de construire deux Ventrus supplémentaires et d’embaucher deux personnes au siège”, note-t-il. Par la suite, Guillaume Chupeau réfléchit à franchiser le modèle, selon un cahier des charges précis. “Ventrus accueille des chefs en résidence, l’approvisionnement est local et de saison, la démarche écoresponsable est primordiale, le mobilier et la vaisselle sont spécifiques…”, détaille-t-il. À l’horizon 2027, Ventrus espère compter une dizaine d’enseignes à son nom.

 

#guillaumechupeau #ventrus #nomade


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services