×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Coupe du monde de football 2022 : les restaurateurs feront-ils recette ?

Restauration - mardi 22 novembre 2022 10:18
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

QATAR The NPD Group examine l'impact de la Coupe du monde de la FIFA Quatar 2022 sur le marché de la restauration hors domicile alors que les terrasses se ferment et que le boycott de la compétition peut avoir un effet considérable.





Si l’impact de la Coupe d’Europe 2021 avait été mitigé, celle-ci ayant coïncidé avec l’allègement des restrictions sanitaires dans l’Hexagone, les grandes compétitions footballistiques font généralement rimer convivialité et attractivité pour la restauration commerciale. En la matière, la précédente Coupe du monde 2018 avait montré un engouement quasi-national pour l’évènement, marqué par la victoire de la France. Durant le championnat, la fréquentation des bars, des cafés, et même de certaines brasseries, était montée en puissance, au diapason des performances des Bleus.   
Alors que la consommation du soir ne représente en général que 7 % des visites des cafés, bars et brasseries, l’indicateur était passé à 10 % en visites et 12 % en dépenses sur les mois de juin-juillet 2018. Ces dernières avaient particulièrement bénéficié de l’affluence d’une population masculine représentant 56 % des visiteurs le soir, contre 48 % en temps normal. La Coupe du monde avait également boosté la fréquentation des cafés, bars et brasseries pour les plus de 50 ans, les soirs de matchs (avec 20 % des visites pendant les matchs contre 14 % habituellement). Le Mondial 2018 avait également profité aux pizzas livrées, plébiscitées par les jeunes : en juillet 2018, la part des 18-34 ans dans ces commandes s’était élevée à 68 %, contre 45 % normalement.

Mode hibernation : adieu la terrasse, bonsoir le canapé ?


Avec un championnat se déroulant sur les derniers mois de l’année, la météo hivernale va impacter le choix des lieux retenus par les Français pour assister aux retransmissions. Si les matchs diffusés en journée favorisent la fréquentation des cafés, bars et pubs, car ces lieux permettent de consommer debout, face à l’écran, il n’en va pas de même à la tombée de la nuit : les groupes plus importants, qui s’attablaient habituellement autour d’un repas en terrasse, risquent de peiner à s’installer à l’intérieur. La restauration à table, servie en salle à cette période de l’année, semble en effet un circuit moins conciliable avec les horaires des matchs, majoritairement retransmis en journée (11h, 14h, 17h et 20h). De plus, le ticket moyen pourrait jouer en sa défaveur, dans un contexte économique tendu.  
  

Burger, pizza et dark kitchen : le trio gagnant


La pizza, indétrônable membre du combo « TV, bière, pizza » pendant les soirées foot, va-t-elle perdre du terrain face à la diversité des offres de restauration proposées par les agrégateurs ? Cette question est plus que jamais d’actualité. En effet, si la pizza représentait une commande livrée sur quatre en 2018, elle ne compte plus que pour une commande sur 10 aujourd'hui (de janvier à octobre 2022). Ce recul bénéficie au burger, qui connaît une progression inverse : une commande sur six comporte un burger en livraison depuis début 2022, contre une sur huit en 2018. Il y a fort à parier que les dark kitchens, qui ont éclos ces deux dernières années, verront leur activité stimulée pendant le championnat, en misant sur la carte de la livraison de proximité et sur une offre attractive et calibrée.

Le boycott : l’invité surprise du Mondial ?


À l’heure actuelle, la grande inconnue reste le boycott des matchs que certaines villes et supporters et ont déjà annoncé : son ampleur peut avoir un effet considérable. Maria Bertoch conclut : « La Coupe du monde est un moment de socialisation fort et les établissements se préparent activement à l’événement. Pour les restaurateurs, c’est l’occasion de proposer des offres de repas adaptées aux groupes, comme les planches ou les snacks à partager entre amis. La créativité sera leur ticket gagnant, le but étant d’attirer les supporters tôt et de les retenir en soirée grâce aux animations, happy hours, formules-repas attractives… Même si les soirées foot à la maison risquent de peser sur la fréquentation cette année, l’accès aux chaînes diffusant les matchs, la convivialité et le partage des émotions autour d’un verre restent des atouts majeurs pour les établissements. Seul le phénomène du boycott pourrait créer la surprise. »

#npdgroup #coupedumondedefootball #restaurant #bar #cafe

Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services