×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Nouvelle Garde dépoussière l'univers des brasseries

Restauration - vendredi 8 juillet 2022 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Le groupe lancé en 2019 vient d'ouvrir sa troisième adresse parisienne, la Brasserie Martin. Il mise sur la qualité des produits, des prix abordables, une ambiance conviviale, un engagement environnemental et de bonnes conditions de travail.



C’est l’histoire de “deux franchouillards passionnés de bonne bouffe”, Charles Perez et Victor Dubillot, qui déplorent l’évolution des brasseries traditionnelles. “Ça nous énervait d’aller dans une brasserie parisienne et de payer 8 € pour un coca, 8 € pour une assiette de frites congelées, avec un serveur qui fait la gueule”, note Charles Perez avec son habituel franc-parler. Le tandem décide alors de “dépoussiérer le secteur”, en repensant ses fondamentaux.

Dans les trois adresses du groupe Nouvelle Garde (Brasserie Bellanger, Brasserie Dubillot, Brasserie Martin, qui a ouvert le 8 juillet), tous les produits sont de saison et français. Outre les grands classiques (croque-monsieur, steak frites, œuf mayo, poireaux vinaigrette…), les établissements proposent des plats végétariens, d’autres à partager à deux ou quatre… La carte est renouvelée toutes les semaines, et chaque enseigne arbore une spécialité (cuisine au charbon de bois chez Dubillot, rôtisserie chez Martin). Les prix se veulent abordables : les plats tournent autour de 15 €, tandis que le panier moyen avoisine les 28-30 €, boissons comprises. “On a passé un an et demi à sillonner les routes de France pour trouver de bons producteurs et être livrés en direct, à des prix inférieurs à ceux de Rungis. Les volumes permettent aussi de tenir ces prix, avec 300 couverts par jour chez Bellanger, et 550 chez Dubillot”, explique le cofondateur.

Côté décoration, le duo a fait appel à un cabinet franco-anglais spécialisé dans l’hôtellerie restauration, B3 Designers, basé à Londres. “On a voulu 'pimper' les codes de la brasserie, avec les vitrines caractéristiques, les miroirs, le laiton, mais aussi de grandes cuisines ouvertes, et une ambiance colorée et végétalisée, précise Charles Perez.

Un regard neuf sur le modèle social de la brasserie

À 31 ans, les deux restaurateurs vivent avec leur temps : présence incontournable sur les réseaux sociaux, engagement environnemental (label Ecotable) et social. “On porte un regard neuf sur le modèle social de la brasserie. Pas question d’avoir des cadences incroyables et un chef sacralisé”, confie-t-il. Au programme : service de quatre jours en salle, pas de coupure en cuisine, team building une fois par mois, salaires avec variables pour les postes managériaux, primes d’intéressement… “Nous avons fait des présentations par dizaines dans les écoles spécialisées en hôtellerie-restauration. Notre staff est jeune : 24 ans de moyenne d’âge. Cela n’a pas été facile de recruter, mais comme on s’occupe bien de nos salariés et que les gens évoluent très vite chez nous, il y a très peu de turn-over”, se félicite l’entrepreneur.

Nouvelle Garde vise une quinzaine d’établissements dans les cinq ans à venir. Pour ce faire, 13 millions d’euros ont été levés auprès d’entrepreneurs privés et de deux fonds, Experienced Capital et FrenchFood Capital. Le groupe compte s’attaquer à la province dès l’an prochain et, pourquoi pas, à l’international : “La tradition culinaire française a une renommée mondiale. Ce serait dommage de ne pas l’exporter !

 

#NouvelleGarde #CharlesPerez #VictorDubillot


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services