×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

(#Attractivité) Prime de cooptation : "500 euros à qui me trouve un chef !"

Restauration - jeudi 14 octobre 2021 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Saint-Junien (87) Face à la pénurie de personnel, un restaurateur haut-viennois fait le buzz sur les réseaux sociaux en promettant une prime à celui ou celle qui lui présentera un cuisinier, un commis ou encore un apprenti. Beaucoup d'observateurs vantent la pertinence de ce système de récompense pour lutter contre le manque de personnel.



Cette proposition de primes pour recruter du personnel a fait le buzz sur les réseaux sociaux
© DR
Cette proposition de primes pour recruter du personnel a fait le buzz sur les réseaux sociaux

J’offre 500 € à celui qui me présentera le chef qui signera un contrat de 4 mois dans mon restaurant. La prime sera versée le dernier jour de son CDD. Elle me coûtera moins cher que les 3 800 € d’honoraires d’un cabinet de recrutement. De même, je verserai 300 € pour un chef de partie, 200 € pour un commis et 150 € pour un apprenti”, clame Laurent Breuil, patron du restaurant Lauryvan à Saint-Junien (Haute-Vienne) qui agite les réseaux sociaux avec ses affiches qui rappellent (avec humour) les chasseurs de primes américains.

Si la recommandation a toujours été un usage courant dans le secteur de la restauration, la cooptation appointée procède d'un objectif et d'un contexte différent : trouver des solutions efficaces face à la pénurie de personnel. “La prime gagnerait à être versée en deux fois, au début et à la fin du contrat. Ainsi si l’employé part, le collaborateur qui a fait l’effort de recommander une relation aura au moins la moitié de la récompense. Ce modèle n’a que des avantages. Une personne qui travaille dans l’entreprise en connaît la philosophie. Elle peut ainsi puiser dans son réseau de connaissances, la relation qui correspondra le mieux au poste. Le collaborateur sera récompensé par une prime, deviendra le parrain de la recrue et favorisera ainsi son intégration rapide”, analyse Rémi Ohayon, président fondateur d'Api&You et MOF en création digitale.

Du côté des experts de Gira, on recommande depuis des années le recours à la prime de cooptation. “Il me semble judicieux de verser cette prime, de 100 € par exemple, mensuellement, le temps de la présence dans l’entreprise du coopté. Cette méthode est particulièrement appropriée pour les postes en contact avec le public”, envisage le président du cabinet de conseils, Bernard Boutboul.

 

#ApiYou #Gira #prime #cooptation #recrutement #Attractivite


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène & HACCP : le minimum pour être prêt pour un contrôle
par Dominique Voisin
Services