×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le CBD s'invite dans l'alimentation

Restauration - vendredi 29 octobre 2021 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Les recettes à base de CBD (une molécule non psychotrope extraite du chanvre) fleurissent dans les bars, les restaurants et les pâtisseries. Effet de mode ou vraie tendance ?



Anthony Courteille glisse du CBD dans certaines de ses pâtisseries. Ici, le Choco Relax.
© DR
Anthony Courteille glisse du CBD dans certaines de ses pâtisseries. Ici, le Choco Relax.

Le cannabidiol ne passe pas inaperçu. “En France, 12 % des consommateurs reconnaissent avoir testé le CBD”, observe Nicolas Nouchi, directeur du département des études de CHD Expert. Une curiosité qui déteint sur le secteur de l’alimentation. La marque Chilled, une eau gazeuse au CBD infusée à l’hibiscus, a conquis la grande distribution et un nombre croissant d’enseignes comme Cojean ou Pokawa. Le cannabidiol se glisse dans les douceurs de Philippe Conticini, dans les assaisonnements des pokés de Pokawa, dans les menus éphémères du fast-food bio lyonnais Bënnie…  Le bar Rehab, dissimulé au cœur de l’hôtel Normandy à Paris, a même fait des cocktails au CBD sa spécialité. Selon le barman, les clients se sentiraient apaisés après avoir bu deux ou trois de ses créations. Le CBD, qui ne provoque ni addiction ni effet psychotrope, possèderait en effet des vertus relaxantes.

 

De nouvelles saveurs

Pour Anthony Courteille, à la tête de la boulangerie Sain, c’est l’aspect gustatif qui prime. “Toujours en quête de nouvelles sources d’inspiration”, le chef marie la variété Orange bud “aux notes légèrement mentholées ou poivrées” avec du chocolat, de la clémentine, de la crème de marron, des fraises ou du miel. “Je travaille à partir d’infusions de feuilles mixées, que j’intègre en biscuiterie ou en pâtisserie. En revanche, je n’utilise pas de CBD dans mes pains, car les températures élevées abîment les arômes”, note-t-il.

Piqué par la curiosité, Steve Gondon, chef de la pizzeria Maestro à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), a lui aussi décidé de tester cette nouvelle saveur. “On saupoudre le CBD après cuisson, comme de l’origan, en l’associant à une recette très simple : tomate fraîche, crème, fromage doux. Cela fait ressortir ce goût spécial, entre le floral et le végétal”, explique-t-il.

Lancée en avril 2021, sa pizza Cibidi aurait dû être une recette éphémère. Mais devant le succès rencontré, elle est encore aujourd’hui au menu. Car le CBD représente aussi un vrai atout marketing. À Marseille, Axel Gilbert et Sandra Sacuto ont ainsi lancé au printemps dernier Happy’s Kitchen, “la première enseigne de street food en France à proposer du CBD dans l’ensemble du menu”. “C’était une façon de se démarquer. On est passé sur de nombreux médias, et on a eu une grosse visibilité dès l’ouverture”, admet le cofondateur.   

 

Rassurer les consommateurs

Quelle clientèle le CBD fait-il succomber ? “La consommation de CBD est déconseillée aux mineurs, par manque de recul. On est sur une clientèle généralement plutôt féminine, en recherche d’alternatives bien-être”, déclare Ludovic Rachou, président de l’Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre (UIVEC). Le CBD, une simple niche ? Pas si sûr… En réalité, la curiosité touche une clientèle assez variée. “La pizza au CBD a su attirer toutes les générations”, confirme Steve Gondon.

À condition de prendre le temps d’informer les consommateurs. “Les gens confondent trop facilement CBD et cannabis. Pour les aider à comprendre la différence, je prends souvent l’exemple des graines de pavot consommées sur les bagels et l’héroïne. Les deux viennent de la même plante mais n’ont aucun rapport”, glisse Axel Gilbert. “Pour ceux qui ne connaissaient pas du tout le CBD, il a fallu leur expliquer : 'Non il ne peut y avoir aucun bad trip, oui c'est légal'… Nous avons communiqué avec des affiches et des flyers, mais on a surtout papoté avec nos clients sur les réseaux sociaux et à la pizzeria”, enchérit le patron de Maestro. 

Alors, simple effet de mode ? “Nous ne sommes qu'aux prémices de la popularité de ce produit qui est désormais partout, dans la food, les boissons, les cosmétiques”, estime Xeila Fernandez, directrice marketing chez Pokawa. Les chiffres, quant à eux, sont alléchants. La marque Chilled prévoit de produire jusqu’à 1,5 million de canettes cette année, contre 150 000 en 2020. Selon l’UIVEC, le marché français du CBD génère environ un milliard d'euros par an (de la production à la vente). Un marché qui pourrait atteindre, d’après Deloitte, jusqu’à 17 milliards de dollars à l’échelle mondiale en 2026.

 

#CBD #Tendance


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services