×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

"Personne n'a envie de se faire interrompre pendant un repas par des agents en uniforme"

Restauration - mardi 24 août 2021 09:33
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Toulouse (31) Constatant une détérioration du climat dans leurs établissements, un collectif de restaurateurs et de cafetiers monte au créneau pour dénoncer les contrôles des pass sanitaires.



Terrasse place du Capitole, Toulouse.
Terrasse place du Capitole, Toulouse.

Quinze jours après la mise en place du pass sanitaire, plusieurs restaurateurs de la région toulousaine, dont certains réunis sous le collectif Bar-Bars, font le point sur leur activité. “On estime avoir perdu 40 % de notre chiffre d’affaires”, souligne Joël Finkelstein, du café-brasserie Le Ribouldingue à Blagnac (Haute-Garonne). “Nous ne sommes pas contre le pass sanitaire, ajoute-t-il. Nous souhaitons l’arrêt des contrôles de police. Le Gouvernement doit nous faire confiance. Nous sommes à même de contrôler les pass de nos clients.”

“La goutte d’eau de trop, c’est le fait d’avoir des contrôles de police à l’intérieur de nos établissements. Personne n’a envie de se faire interrompre pendant un repas par des agents en uniforme”, ajoute Yannick Grabot, patron du bar Breughel l’ancien, qui a publié une tribune sur sa page Facebook.

 

Un mouvement soutenu par l’Umih  

Le président de l’Umih 31, Ivo Danaf se montre solidaire : “C’est davantage sur la forme que sur le fond qu’il y a des problèmes. Pourquoi ne pas faire appel à des policiers en civil pour contrôler discrètement les pass ?”

L’impact économique est encore difficile à mesurer car l’activité est plutôt calme en été à Toulouse. “Si le pass sanitaire vient impacter notre CA, il faut que l’État assure la continuité du fonds de solidarité ou mette en place des aides au cas par cas, ajoute Ivo Danaf. Joël Finkelstein estime avoir déjà perdu 150 000 € cette année.

Les professionnels, rejoints ces dernières heures par de nouveaux signataires, attendent des réponses. Le collectif a l‘intention d’aller exposer ses revendications au préfet et au maire de la ville, Jean-Luc Moudenc.

#PassSanitaire #JoelFinkelstein  #YannickGrabot #barbars


Dorisse Pradal
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services