×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

La livraison de repas prendra-t-elle le virage post-Covid ?

Restauration - jeudi 29 avril 2021 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Paris (75) La crise sanitaire a propulsé la vente à emporter et la livraison de repas. Tous les observateurs en conviennent, la reprise d'activité des restaurants, attendue pour la mi-mai, devrait mettre un frein au ballet des scooters et autres vélos électriques dans les grandes villes. Dès lors, la restauration déportée va devoir s'adapter voire se réinventer.



“On en parle beaucoup mais la livraison pèse 2,5 % du marché global de la restauration en France, ce qui n’est rien comparativement au 25 % des États-Unis, et ce en dépit d’une hausse de 40 % liée à la crise sanitaire. C’est trop conjoncturel”, envisage Bernard Boutboul du cabinet Gira. La donne devrait changer dans cinq à sept ans, lorsque la génération Z sera au cœur de l’économie.” Pour Louiza Hacene, de la start-up Malou, “les habitudes liées à la livraison sont bien ancrées même si les Français ont toujours du mal à payer un service.” “La restauration déportée est un nouveau canal durable, mondial et plein d’agilité”, analyse Anne-Claire Paré, du cabinet de tendances Bento.

Les conditions de travail des livreurs, à 95 % masculins, tendent à indigner les clients. “La livraison à vélo contourne d’abord l’obligation de détenir une licence de transport, alors qu’en réalité 80 % des coursiers des grands agrégateurs livrent en scooter”, regrette Philippe Tellini, du transporteur Top Chrono, qui a participé lors du premier confinement à l’opération Chefs avec les soignants, avec la start-up Tiptoque. “On veut que les livreurs soient aussi bien traités que les serveurs”, demande Marie Giordano, de Tiptoque, un collectif de 80 grands cuisiniers qui livrent à proximité de leur restaurant. Comme Top Chrono, Welbex, un autre transporteur partenaire de la start-up, emploie uniquement des salariés. “Huit chauffeurs qui livrent de 1 à 1 000 repas comme pour Dior au Château de Versailles en mars, car les grandes réceptions n’ont jamais cessé”, confie le gérant, Eric Lamoral. “Le sort des livreurs préoccupe d’avantage les clients qui adapteront leur commande en fonction de leur traitement”, ajoute Louiza Hacene.

 

“Une offre marketing outrancière”

“Nous expérimentons avec un restaurateur parisien un format de livraison de plusieurs repas sous forme d’abonnement, un concept qui marche très bien aux États-Unis, dit-on chez Malou. “La sophistication de l’offre livrable est flagrante dans un contexte ultra-concurrentiel. En Angleterre, on parle même de bulle comme avec les food trucks. Il y aurait déjà 700 Dark Kicthens en France ! Il en résulte une offre marketing presque outrancière”, reprend Anne-Claire Paré, qui souligne que “les kits à reconstituer sont une vraie tendance qui permettrait de toucher un public plus éloigné, par la Poste, par exemple.”

Du côté emballage, un enjeu devenu majeur pour la livraison, on proposait déjà des emballages en papier, pliés et biodégradables chez Tiptoque. La start-up lance désormais les plats livrés en cocotte consignée. “Nous livrons en réduisant les distances. Nos partenaires chefs ne plébiscitent pas forcement le vélo, qu’ils redoutent instable”, complète Marie Giordano. “Nous avons des vélos-cargo électriques mais lorsque nous livrons un repas de 350 € en provenance de Ledoyen, le restaurateur apprécie un utilitaire électrique où les colis ne seront pas empilés”, confirme Top Chrono.

 

La province, exclue de la livraison ?

Les afficionados du sachet tendu à leur porte sont plutôt issus de la jeune génération, mais la fracture est aussi géographique. “Les agrégateurs s’intéressent aux zones densifiées pour réduire le transport”, confirme Louiza Hacene, pour qui l’idée d’une France d’en bas de la restauration déportée n’est pas galvaudée. “Le succès à Paris des grandes plateformes se compense en région avec les distributeurs automatiques de plats cuisinés, qui connaissent un nouvel essor.” Tiptoque poursuit pourtant son développement en région, à Lyon d’abord, puis dans d’autres villes grâce à son partenariat avec le guide Michelin et une filiale de Top Chrono.

#Covid #Livraison #Malou #Gira #Bento #TopChrono #Welbex #Tiptoque


Francois Pont