×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le patron du Poppies n'est plus en garde à vue

Restauration - vendredi 29 janvier 2021 11:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nice (06) Christophe Wilson, qui a ouvert le mercredi 27 janvier son restaurant niçois pour un service à table d'une centaine de clients, vécu comme un acte de "résistance", est sorti jeudi soir de garde à vue.



Christophe Wilson a été mis en garde à vue pour pour emploi d'une personne sans papier et non pour désobéissance civile ou pour avoir ouvert son restaurant.
Christophe Wilson a été mis en garde à vue pour pour emploi d'une personne sans papier et non pour désobéissance civile ou pour avoir ouvert son restaurant.

Lors du service de mercredi, les forces de l’ordre ont découvert en cuisine un employé sans papier. C’est dans le cadre d'une procédure pour « emploi d'un étranger en situation irrégulière» que Christophe Wilson, patron du Poppies a été placé en garde à vue le soir même. La garde à vue a été levée hier soir. Xavier Bonhomme, procureur de la République, a indiqué que le restaurateur sera « convoqué devant un délégué du procureur pour un rappel à la loi pour recours à un étranger sans titre ». De son côté, la préfecture des Alpes-Maritimes a précisé qu’une « instruction administrative visant à une fermeture du restaurant est actuellement en cours ».

L’employé en situation irrégulière a été conduit en centre de rétention avant d’être libéré. Il est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) dans un délai d’un mois. Le syndicat CGT 06 a décidé de saisir le cabinet du ministère de l'Intérieur pour demander l'annulation de cette OQTF.

 

#christophewilson #poppies #nice #restaurant

 


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services