×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Forcés de changer le nom de leur restaurant

Restauration - jeudi 14 janvier 2021 09:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Germain Cazeaux, Alban Le Biez et Christophe Pradeau ont reçu en décembre une mise en demeure du Borough Market, le plus vieux (et énorme) marché des métiers de bouche de Londres, leur demandant d'oublier le nom de leur restaurant.



Germain Cazeaux, Alban Le Biez et Christophe Pradeau, les trois associés du restaurant Borough, face à la Mairie de Clichy, commune qui jouxte Paris, n’en reviennent toujours pas. Comme cadeau de Noël, ils ont reçu une mise en demeure d’un grand cabinet d’avocats britannique leur enjoignant de changer de raison sociale, de nom commercial et nom de domaine pour leur site internet. « On est un restaurant de 30 places à Clichy. Quel rapport avec le marché géant Borough Market ? Nous n’exerçons ni la même activité ni dans le même pays. Qui pourrait nous confondre ? Nous sommes tombés des nues », dit Christophe Pradeau.

Pourquoi ce nom Borough ? Parce que les patrons trentenaires ont choisi de s’implanter en banlieue, dans des villes en pleine gentrification où la clientèle est en demande de concepts « vrais, bons avec des produits AOC-AOP, accessibles mais pas tendances dont l’offre évolue au fil de la journée, avec pas mal de take away ». Du petit déjeuner aux sandwiches, salades, soupes ou plats (daube de bœuf, blanquette, plat végétarien) pour finir sur une formule apéro dînatoire, le tout dans un cadre brut avec vaisselle dépareillée et meubles de brocante, Borough de Clichy a réussi son pari. Ouvert en 2019, il a tout de suite trouver sa clientèle et compte se dupliquer, y compris dans les banlieues de grandes villes françaises. Et voilà que Borough devient un problème.

Dans les faits, les associés du Borough ont déposé la marque à l’INPI pour la France lors de la création du restaurant. De son côté, Borough Market l’a déposée pour l’Europe. Que faire ? « Nous avons consulté un avocat, qui nous a expliqué que lancer une procédure est possible, mais que ce serait beaucoup trop long et coûteux. Si nous avions eu plusieurs restaurants, c’était une autre histoire. Comme nous n’en avons qu’un et que nous avons des projets de développement en 2021, cela devenait trop compliqué. Nous avons donc décidé d’aller de l’avant et de changer de nom », explique Christophe Pradeau, qui gère plus spécifiquement la communication du restaurant. Une décision que les associés ont eu du mal à digérer mais qui était la plus sage pour ne pas vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Borough est devenu Région avec un ‘o’ norvégien (barre dans le o). Outre les papiers administratifs et le site internet, il a fallu changer le store et les menus. La facture, consultation d’avocat incluse, se monte à 5000 euros. Bien loin des frais qu’auraient occasionné un procès. « Nous avions déposé la marque nous-mêmes. Cette fois, nous avons fait appel à un avocat spécialisé qui a fait aussi les recherches d’antériorité. Il nous a quand même prévenus que rien n’était gravé dans le marbre. Quand je pense à tous les Café de la Gare ou les Rotonde...., dit Christophe Pradeau. Il ne faut pas sous-estimer cette question ».

#region #restaurant #borough #clichy #nom 

 


Nadine Lemoine