×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Vendre à emporter dans une commune isolée, est-ce que ça marche ?

Restauration - jeudi 3 décembre 2020 10:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Chaintré (71) La vente à emporter et la livraison sont des tendances de fond dans la restauration des grandes agglomérations, mais loin des grandes zones d'habitation et d'activité, la démarche est plus délicate à entreprendre. Avec la crise sanitaire que traverse le pays, elle s'avère pourtant souvent payante, comme en témoignent deux experts.



“Au deuxième confinement, dans les grandes villes, on note une baisse de 30 % des commandes de menus en vente à emporter (VAE) ou en livraison à cause de l’explosion de la concurrence. Ce n’est pas le cas en zone isolée. Au premier confinement, les restaurateurs voulaient survivre et se digitaliser, au deuxième, ils veulent que la VAE, le Click and Collect, les drives et la livraison deviennent pérennes, car ça marche !”, analyse Rémi Ohayon, président-fondateur d’Api & You, agence conseil et communication. Une vision que partage Bernard Boutboul, du cabinet Gira : “Les citadins connaissent depuis longtemps la VAE avec les fast-foods, alors que c’est relativement nouveau dans les campagnes. Les clients peuvent désormais emporter des plats de qualité, parfois même étoilés, dans les petites communes. Les restaurateurs doivent se rapprocher des maires pour proposer leurs services aux écoles en livraison, aux personnes isolées mais aussi aux hôtels dont certains ne veulent plus faire de cuisine. Ils doivent déposer leurs produits dans les commerces de proximité qui sont ravis pour la notoriété que cela apporte !”


Le solitaire laisse place au solidaire

Rémi Ohayon confirme : “Les gens se déplacent facilement pour une cuisine signature, même éloignée. Les restaurants qui n’ont pas une grande notoriété mais disposent d’une console de commande servent les clients dans des points relais : caviste, épicerie... Le solitaire laisse place au solidaire, qui implique alliances et synergies sur ces territoires reculés. Les consommateurs vont prendre l’habitude d’aller chez le fromager du village retirer des plats à emporter.”

 

#Gira #RemiOhayon #Livraison #VAE

 


Francois Pont