×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

René et Maxime Meilleur : "La crise nous a poussés à être créatifs"

Restauration - vendredi 4 décembre 2020 11:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Saint-Martin de-Belleville (73) Les chefs triplement étoilés à La Bouitte ont dû adapter leur offre pour maintenir une activité dans la période habituellement la plus importante pour leur chiffre d'affaires.



Maxime Meilleur : 'La crise nous pousse à voir plus loin.'
© libre de droits
Maxime Meilleur : 'La crise nous pousse à voir plus loin.'

Après les récentes annonces d’Emmanuel Macron, Maxime et René Meilleur se sont retroussés les manches, ont réfléchi et trouvé des alternatives pour passer la crise sanitaire au mieux pour leur établissement. Les trois dernières semaines de décembre et celles de janvier sont pourtant celles où leur restaurant La Bouitte (3 étoiles Michelin) fait le plus gros chiffre d'affaires. Les Meilleur ont donc décidé de proposer “un service personnalisé en chambre en 4 surprises” dans leurs 15 chambres, où ils serviront les plats de leur restaurant. “Ce n’est surtout pas un room service mais un service à la française en privé, comme cela se faisait au XIXe et au début du XXe siècle dans tous les salons de la capitale.” C’est une autre organisation qu’il a fallu penser. “Il a fallu aménager les chambres, les équiper en table et chaises confortables.” Les tarifs seront calculés sur les prix pratiqués habituellement.

 

“Économiquement, on peut s'en sortir”

Mais ce n’est pas le plus gros challenge. Il faut réadapter les plats, en abandonner certains. Tout doit rester chaud. “Il faut que le client soit confortable et que nous assurions le service d’une grande table.” Comme le couvre-feu est fixé à 21 heures à partir du 15 décembre, le service débutera dès 18 h 45 pour se terminer juste avant l’heure limite. Tout sera débarrassé rapidement pour préserver l’intimité du client. “Mon père, René, et moi-même, nous ferons le tour pour échanger comme nous le faisons aux tables du restaurant. Économiquement, on peut s’en sortir et payer les charges”, assure Maxime Meilleur. Les Meilleur emploient 50 salariés à cette période de l’année. Ils n’en garderont que quinze, tous ceux qui sont là depuis longtemps. “Cette année, nous testons beaucoup de choses. La crise nous a poussés à être créatifs. Par exemple, nous avons ouvert au mois de septembre pour la première fois et très bien travaillé. Ça nous a convaincu qu’il fallait réfléchir à peut-être ouvrir à cette période. Ce que l’on va faire cet hiver, c’est un système d’ouverture que l’on n’a jamais tenté. Nos habitués, à qui nous en avons parlé, sont enthousiastes. Pour eux, c’est comme organiser un diner privé rien que pour eux, et ils adorent !”

 

#ReneMeilleur #MaximeMeilleur #LaBouitte #CriseSanitaire #Covid19 #Innovation #Adaptation


Fleur Tari