×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Réouverture : Les professionnels demandent le droit de retrait pour les restaurateurs

Restauration - samedi 23 mai 2020 13:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

La lettre ouverte signée par une soixantaine de chefs à l'initiative de Gilles Goujon, chef-patron de l'Auberge du Vieux Puits à Fontjoncouse, 3 étoiles Michelin, demande le droit de retrait pour les restaurateurs qui ne souhaitent pas rouvrir afin de les protéger en conservant les aides.



Gilles Goujon : 'Nous voulons comprendre les responsabilités que nous prendrons en ouvrant peut être « trop top ». C'est pour nous protéger tous que nous demandons  encore à être aidés.'
Gilles Goujon : 'Nous voulons comprendre les responsabilités que nous prendrons en ouvrant peut être « trop top ». C'est pour nous protéger tous que nous demandons  encore à être aidés.'

"Devons-nous prendre le risque de rouvrir maintenant ?" C'est par cette question que la lettre ouverte des chefs, cafés, bars restaurants commence sa démonstration. Le fait de devoir appliquer des mesures pour protéger les clients comme les salariés prouve que le coronavirus est encore en circulation et que le risque persiste. "Quelle serait alors  la procédure et les responsabilités si un des salariés touchés par le COVID implique une mise en quarantaine des salariés contacts ? Une fermeture inévitable serait-elle alors volontaire ou contrainte et supportée à nouveau par les aides ?"", s'interrogent les professionnels à juste titre.

" Il est compréhensible que, poussé par le manque de chiffre d’affaire et le désespoir, certains confrères puissent se sentir capables d’ouvrir de suite, malgré ce danger", reconnaissent les signataires qui posent  néanmoins la question de la rentabilité quand la moitié des couverts sautent en raison des normes de distanciation physique. Selon l'espace dont dispose le restaurant et la présence éventuelle d'une terrasse, la situation diffère d'un établissement à l'autre. Certains peuvent envisager de rouvrir, quand d'autres se trouvent face à cette alternative : "Rester fermé et faire faillite ou ouvrir et faire faillite" .

"Nous devons pouvoir appliquer un droit de retrait et reporter les ouvertures pour ceux qui le souhaitent". C'est la demande essentielle de cette lettre ouverte. Elle demande que le droit de retrait soit accompagné de plusieurs actions gouvernementales :  prolonger le droit de recours au chômage partiel  jusqu’à la fin de l’année 2020 et les PGE sur 10 ans (sur la base de quatre mois de chiffre d’affaires), assouplir les conditions d’accès au PGE et PGES (voire les étatiser) et accorder la baisse de la TVA à 5,5%.  

La lettre ouverte n'oublie pas les assurances auxquelles ils demandent la prise en charge de la perte d'exploitation pour tous à hauteur de 15 à 25%. La création d'un fonds de garantie catastrophe sanitaire (à l’instar de la garantie « CAT NAT » instaurée en 1982 et du fonds BARNIER) leur semble également incontournable. La profession demande encore et toujours que les assurances jouent leur rôle. 

#droitderetrait #restaurant #pertedexploitation #mobilisation #reouverture #coronavirus

 

 


Nadine Lemoine
Lettre ouverte des chefs, cafés, bars, restaurants

DEVONS NOUS COURIR LE RISQUE DE ROUVRIR NOS ETABLISSEMENTS MAINTENANT ?

Il ne faut pas se précipiter, rouvrir « trop tôt, trop vite » tant que le VIRUS circule c’est DANGEREUX. Nous devons avoir la certitude de garantir la pleine sécurité de nos employés et de nos clients.

Cela implique aujourd’hui des protocoles très rigoureux avec des infrastructures adaptées et du personnel  bien formé à ces nouvelles mesures.

Comment exiger d’eux cette rigueur quotidienne tout au long de la saison ?

ADMETTRE QUE NOUS DEVONS ADAPTER NOS PRATIQUES C’EST RECONNAITRE QU’IL Y A UN RISQUE POTENTIEL IMPORTANT. La confiance de nos équipes, de nos clients  va de pair, avec une sécurité maximale. Ne soyons pas les auteurs de nouvelles contaminations. Soyons prudents, vigilants et n’acceptons pas de prendre de telles RESPONSABILITÉS.

Ne nous trompons pas, nous ne pouvons donner une mauvaise image de la restauration et du tourisme Français au risque de le payer longtemps.

 Il est compréhensible que, poussé par le manque de chiffre d’affaire et le désespoir, certains confrères puissent se sentir capables d’ouvrir de suite, malgré ce danger.

Nos établissement sont fragiles : Divisés de moitié de leurs clientèles ajouter a la distanciation sociale cela rends impossible l’établissement d’un prévisionnel post confinement. Les questions que beaucoup se posent sont :

                              RESTER FERMÉS ET FAIRE FAILLITE ? OUVRIR ET FAIRE FAILLITE ?

Quelle serait alors  la procédure et les responsabilités si un des salariés touchés par le COVID implique une mise en quarantaine des salariés contacts ? une fermeture inévitable serait elle alors volontaire ou contrainte et supporté a nouveau par les aides ?

C’est pour cela que nous écrivons cette lettre, dans le respect de la liberté de chacun. Nous voulons comprendre les responsabilités que nous prendrons en ouvrant peut être « trop top ». C’est pour nous protéger tous que nous demandons  encore à être aidés.

 

Nous devons pouvoir appliquer un DROIT DE RETRAIT et reporter les ouvertures pour ceux qui le souhaitent. Il faut attendre une totale MAITRISE DE LA CRISE COVID19 et prendre des mesures sanitaires et économiques INEDITES.

 

EN ATTENDANT IL FAUT TENIR !

Notre profession REMERCIE le GOUVERNEMENT pour les aides qu’il nous a déjà octroyées ; malheureusement nous sommes un secteur d’activités a risques élevés .

 Il convient donc de CONTINUER en faisant appel à la solidarité des compagnies d’assurances, des bailleurs, des banques, de concert avec les   professionnels du tourisme et l’Etat.

Les ASSURANCES DOIVENT :

  • Impérativement prendre en charge la PERTE D’EXPLOITATION pour tous à hauteur de 15 à 25%,
  • Créer un FOND DE GARANTIE catastrophe sanitaire à l’instar de la garantie « CAT NAT » instaurée en 1982 et du fond BARNIER.

LES BANQUES :

  • Prolonger les PGE sur 10 ans et sur la base de quatre mois de chiffre d’affaire.
  • Assouplir les conditions d’accès au PGE et PGES (voire les Etatiser)

 

ACCORDER UNE BAISSE DE LA TVA A 5,5 .

Comme cela vient d’être réalisé en Bavière, afin de pouvoir faire face aux remboursements d’emprunts existant et aux nouveaux PGE.  Mais aussi, faire face à la baisse de chiffre d’affaire que tout le monde s’accorde à dire qu’elle sera d’au moins 50%.

Prolonger  le droit de recours au chômage partiel  jusqu’à la fin de l’année 2020.

L’ensemble de la profession doit être aidé de façon équitable pour que chacun puisse revenir à la situation à laquelle il se trouvait en Mars 2020 quelque soit son  modèle économique .

La PRIME MACRON doit être reconduite jusqu’à FIN 2020 pour quelle puisse aussi profiter à nos équipes.

La profession s’engagera fortement à travailler durablement avec nos artisans, pêcheurs, éleveurs , producteurs et groupes de distribution, FRANÇAIS et européens.

Ces aides cumulées nous permettront de garantir le maintien des salaires de nos équipes, de compléter les 84% perçus actuellement et de conserver le pouvoir d’achat de plus d’un million de salariés.

 Les signataires

Têtedoie Christian Président M.C.F Restaurant  Christian Têtedoie 1*- Lyon

Manigold Stéphane   Groupe Eclore Maison Rostang 2*- Paris XVI

Bruno Demonte   Directeur General Groupe Ferrandi     Paris 

Abbas Firat     Tapas de la Clape       Narbonne

Belin Olivier    Auberge des Glazicks  2**    Plomodiern

Belzons Gilles   Chez  Bebelle     Halles de  Narbonne

Bidard Clement    ST Lazare   l ‘Abergement Clemencial

Blanco  Serge       Ibaia Thalasso & Spa Blanco     Hendaye
Boron Jean  Michel      Vie d'Oc -Gruissan/ Narbonne

Breneliere   Nicolas     Le Paradis Latin     Paris
Burtin Cédric   L'Amaryllis 1* / L'ABC- Montceau Les Mines
Cappelari  Bruno      L'Harmonie     Sérignan
Chapuis Yohan Restaurant Greuze 1* -Tournus
Chenet Serge  MOF   Entre Vigne et Garrigues 1*     -Pujaut

Dos Santos Hervé       le bistrot d’Hervé         Agde

Espitaillé Charlotte     Le Tamarin     Gruissan 
Fabre Jean Claude        Restaurant  Fabre    -  Florensac

Faure Véronique    Table d’hôte   Ravigote   - Toulouse

Furon Bruno          Villa les Palmiers         Mèze

Gagnaire  françois      Anicia        Paris

Gicquel Romain  la ferme  des Voisins   Le Bretonneu
Girardon Philippe  MOF  Domaine de Clairefontaine 1*-  Chonas l'Amballan

Giraud Lionel       La Table ST Crescent 2**     Narbonne
Goujon Gilles  MOF  L'Auberge du Vieux Puits  3***  -Fontjoncouse  
Gourmelon  Olivier  Chef consultant  Président Kings of kitchen

Grossin  yohan     Asap mets& vins   st marcel D’Aude
Guerin  Eric   La Marre aux Oiseaux 1* - Saint Joachim

Jaunaut Frederic     MOF Primeur       Paris 
Kaiser Michel     Restaurant Alexandre-2* *  - Garon

Lecordroch Romain    Mumi      Paris 1er
Loubet Edouard    La Bastide de Capelongue 2* - Bonnieux

Louro Louis   Au Lavoir    - Colombier
Mandement Jean Michel     Biquet     - Leucate

Mandement Théo   Jour de Marché   – Toulouse

Maquard Dominqiue     Le Potager    - Sigean

Maurice Carole     L'Estaminet    – Toulouse

Meilleur René et Maxime    La Bouitte 3*** - Saint Martin Belleville 

Meziane mickael   la passerelle    issy les moulineaux
Moreno Corinne  Restaurant Co – Narbonne

Moulin Frederic     Le Petit Lac    Narbonne   
Nasti Olivier   MOF   Le Chambard 2**  -  Kayseesberg
Nutile Jérome MOF    Restaurant Jérôme Nutile 1* - Nimes
Oger Bruno  Villa Archange-2** -Le Cannet

Olry Patrick    L'Ambassade   - Béziers
Ortiz Joël     La Voile Bleue    - La Grande Motte

Passedat Gérald     Le Petit Nice -3***    -Marseille

Pastoret Camille   Le Petit Comptoir – Narbonne

Pras Eric  Restaurant Lameloise  3***   - Chagny
Privat Julien   La Cranquette   - Gruissan
Privat Louis    Les Grands Buffets   - Narbonne

Putelat  Franck     MOF     Le Parc 2**     Carcassonne
Renaut Emmanuel   MOF   Le Flocon de Sel 3***   Megève

Rouable Emilien  St James Albani   Paris 1er
Sanjou Sébastien  Le Relais des Moines 1* - Luc/Argens
Sarran Michel    Restaurant Michel Sarran  2** - Toulouse
Schwall Marc   La Table Cuisinier Caviste  – Narbonne

Serres Norbert   La Table de Norbert      Carcassonne 

Taormina André    l’Ambroisie     ST Didier
Toutain David  Restaurant David Toutain  2** Paris VII
Tubeuf Eric  Le Bœuf Marin - Carmaux
Veyrat Marc  La Maison des Bois 2 **  La Croix Frit
Vieira Serge  Bocuse D’or  Restaurant  Serge Vieira 2**  Chaude-Aigues
Will François           La Chaumière      - Font Romeu

Yildirim   Duran           Les Cabines           Gruissan

 

    

 



Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Administration Forum
 Vos questions et commentaires : Signaler un abus
Simon Riffard
L'épidémie est terminée, la plupart des épidémiologistes sont d'accord, pouquoi continuer à avoir peur ?? Pour rappel, la moyenne d'âge des morts du covid 19 est de 81 ans avec une majorité d'homme, alors que l'espérance de vie pour un homme en France est de 79 ans... Nous avons détruit l'économie du pays pour préserver nos nos hôpitaux laissés à l'abandon. Il est temps de repartir et d'aller de l'avant car ne serait-ce que pour financer un système de santé fort, il faut une économie forte ! Les pays ayant choisi de ne pas pratiquer la méthode moyenâgeuse du confinement s'en sortent au moins mieux que nous. Donc réouvrons ! Nous sommes des professionnels de l'hygiène, ne l'oublions pas ! Nous sommes capables de protéger nos clients et nos équipes en continuant à mettre en place les règles élémentaires d'hygiène et en y ajoutant les règles de distanciation sociales ainsi que l'utilisation de masques pour le personnel et de gel hydroalcoolique pour les clients à leur arrivée. Quant aux assurances, elles doivent évidemment prendre en charge une partie des pertes d'exploitation pour les entreprises ayant cotisé contre ce risque. Pourquoi devraient-elles couvrir un risque contre lequel certaines entreprises ont choisi de ne pas se protéger ??
26/05/2020 23:32
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Simon Riffard
  Publier



Hôtellerie