×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

La survie passe-t-elle par le digital ?, édito du journal du 14 mai 2020

Restauration - mardi 12 mai 2020 10:37
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Depuis le 11 mai, une partie des Français a repris le chemin du travail. Et si pour beaucoup, les repas consommés étaient faits maison pendant le confinement, les salariés seront tentés de retrouver leurs anciennes habitudes une fois revenus sur leur lieu de travail. Cela risque d’être compliqué, les établissements de restauration restant fermés jusqu’à nouvel ordre, sans date de réouverture annoncée pour le moment. Pour les restaurateurs qui le peuvent, la vente à emporter ou la livraison représentent une bonne opportunité d’amorcer une relance de l’activité. Certains l’ont bien compris et ont accéléré les démarches pour rouvrir dès le 11 mai, afin de servir davantage de clients, surtout dans les grandes villes. Ainsi, les grandes chaînes de restauration, notamment rapide, ont vite fait savoir qu’elles rouvraient leurs points de vente. Une chose est certaine, il n’est plus possible aujourd’hui de rouvrir son restaurant comme hier. Des mesures d’hygiène draconiennes doivent être prises, que ce soit pour les collaborateurs, les livreurs, dans les protocoles sanitaires… et en maintenant l’absence de relation directe avec les clients. Dans cette perspective, la digitalisation - poussée à l’extrême - va s’imposer comme une clé pour réussir la reprise (lire cet article). Réseaux sociaux, systèmes de paiement, carte digitale, module de commande en ligne, notifications, push… Voici le nouveau langage du restaurateur de l’après Covid-19.

#Coronavirus #Digital #Edito 


Romy Carrere