×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

La baisse du pouvoir d'achat vide-t-elle vraiment les restaurants ?

Restauration - mardi 30 avril 2019 11:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) L'imputation de la baisse du pouvoir d'achat au déclin de la fréquentation des établissements de restauration n'est pas ressentie de la même manière par les professionnels, selon l'endroit où ils exercent et la clientèle qu'ils reçoivent.



Les restaurants qui attirent les jeunes - comme Pink Mamma à Pigalle - semblent moins touchés par la baisse du pouvoir d'achat que ceux fréquentés par les seniors.
© FPONT
Les restaurants qui attirent les jeunes - comme Pink Mamma à Pigalle - semblent moins touchés par la baisse du pouvoir d'achat que ceux fréquentés par les seniors.

Nous ne percevons pas de baisse de pouvoir d’achat chez nos clients, affirme Xavier Castillan, propriétaire de la Table du campagnard à Treffort (Isère). Il est vrai que nous sommes à la campagne et que nos visiteurs ne s’engagent pas sur un déplacement chez nous sans savoir à quoi s’attendre. La problématique est sans doute différente en ville. Je vois parfois à la télévision des gens exprimer leur impossibilité de se  rendre au restaurant par manque d’argent. Mais on les retrouve dans les grandes surfaces avec le caddie rempli de plats préparés alors qu’un kilo de patates coûte 1 €.”  Pour le Maître restaurateur, ce serait plus le mode de vie et l’éducation que le pouvoir d'achat qu’il faudrait incriminer. “Les priorités ne sont plus les mêmes. Dans sa classe, ma fille est la seule à cuisiner. Les gens vont au restaurant pour se nourrir alors qu’on peut aussi s’y rendre pour manger !”

Une vision que nuance Hubert Jan, à l’autre bout de la France, à Fouesnant (Finistère), où en plus de son activité syndicale, il exploite le Bistrot Chez Hubert. “La baisse du pouvoir d’achat impacte réellement une clientèle importante de nos établissements. Ce sont les seniors. Ils nous disent très clairement qu’ils vont rogner sur leurs visites au restaurant”, déclare le président d'Umih Restauration. Un constat qui rejoint une étude de l’Insee. Si le niveau de vie des Français a légèrement augmenté entre 2008 et 2016 (+ 0,84 %), la classe d’âge des 50 à 65 ans a vu son pouvoir d’achat s’effondrer de 3,81 %. Les 'quinquas' peinent à mettre de côté pour leur retraite et 33 % d’entre eux renonceraient à une sortie comme aller au restaurant.

D’autres loisirs que se rendre au restaurant

Que ce soit en raison d'une réaffectation des budgets loisirs en fonction de nouvelles priorités ou d’un appauvrissement récent des clients, les restaurateurs constatent les changements d’usages et de comportements. En Martinique, Luc Bazely, qui exploite la Case Thaï à Trois-Îlets, a vu son activité se durcir plus par les nouvelles lois que par la conséquence d’une éventuelle baisse du pouvoir d’achat : “Cela fait bien longtemps que nos clients ne consomment plus d’alcool pour ne pas avoir de problèmes sur la route, mais à table, ils invoquent parfois la baisse de pouvoir d’achat pour prendre un cocktail de fruits, moins cher.”

À La Mascotte, au cœur de Montmartre à Paris (XVIIIe), Thierry Campion garde un œil rivé sur les chiffres de sa brasserie : “Nous sommes en dessous de ceux de 2008 après la crise des subprimes. C’est dire notre inquiétude. Je ressens un effet anxiogène dû au mouvement des gilets jaunes, qui dure depuis bientôt six mois. Cette ambiance pèse sur le moral et la consommation de nos clients”, tente le restaurateur, qui s’adapte en permanence aux changements. “Des produits comme la sole ou la côte de bœuf séduisent toujours une partie de notre clientèle. Mais il faut aussi attirer les jeunes qui n’ont rien à faire de la veste blanche, d’une nappe amidonnée ou des produits de luxe. Pour eux, l'expérience est aussi importante que l’assiette. Le souci de ne plus dépenser comme avant justifie que nous mettions à la carte des produits plus simples mais pas moins bons, comme le saumon par exemple”, envisage Thierry Campion.

#LaCaseThai #LaMascotte #Campion #HubertJan


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3787 -
09 décembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gagner en rentabilité en améliorant sa marge brute
par Christopher Terleski
Services