×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Collège Culinaire de France : "La mention fait maison ne suffit pas pour identifier un restaurant"

Restauration - lundi 1 juillet 2013 13:57
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Si le Collège Culinaire de France se réjouit des débats sur la mise en valeur des restaurateurs qui transforment les produits après le lancement de sa démarche Restaurant de Qualité, il campe néanmoins sur ses positions.



Le Collège Culinaire de France monte au créneau.
© Fabien Lemaire
Le Collège Culinaire de France monte au créneau.

L'adoption par les députés, le 27 juin dernier, d'un amendement rendant obligatoire la mention 'fait maison' sur les cartes des restaurants (le texte doit encore être examiné par le Sénat et peut connaître de multiples changements), pousse le Collège Culinaire de France à monter à nouveau au créneau. Cela commence par une interrogation concernant les difficultés de mise en oeuvre de cette mesure. Pour le Collège Culinaire de France, « aucune loi ou aucun règlement ne peut aujourd'hui se substituer à l'efficacité d'un réel engagement ». D'où son choix de faire reposer les critères de sélection et de contrôle sur deux grands engagements de la part du postulant à l'appellation Restaurant de Qualité : "le premier envers le métier autour d'une même conception et une même pratique du métier ; le second envers les clients sur la qualité et la transparence du fait maison et sur la qualité de l'hospitalité".
Second point, le contrôle. Le CCF estime que ce sont « les hommes de métiers au savoir-faire reconnu qui sont les mieux placés pour juger et soutenir la qualité d'un restaurant. Ils sont les garants légitimes et indépendants des valeurs et de la conception du métier d'artisan restaurateur ».
Quant au fait maison, le CCF propose d'aller plus loin dans la transparence. Elle doit inclure l'origine des produits bruts, concerner également la qualité de l'hospitalité mais aussi la qualification du professionnel en cuisine. Des positions que les chefs du Collège Culinaire de France entendent bien défendre, d'autant que rien n'est joué à l'Assemblée Nationale.
Nadine Lemoine

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Accompagnement pour l'acquisition et la transmission
par Adeline Desthuilliers et Mahmoud Ali Khodja
Services