×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Tata Keken, les crêpes à la mode nippone

Restauration Snacking - mardi 5 avril 2016 10:40
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Morlaix (29) Ce concept, à mi-chemin entre les crêpes bretonnes et les takoyaki japonais - des boulettes de pâte fourrées -, vise la franchise à l'horizon 2017.



Son beau-frère rêve de pancakes fourrés ? Samuel Arnaud relève le défi. "Avec les pancakes, c'était compliqué… Je me suis alors souvenu des takoyaki, ces boulettes de pâte fourrées au poulpe que j'avais goûtées au Japon", raconte-t-il. Épaulé par son épouse Karine, ce Breton commande une plaque à takoyaki au Japon et effectue des tests auprès de ses amis pendant plusieurs mois. "On a adapté le mode de cuisson et modifié légèrement la pâte à crêpe pour qu'elle puisse tenir. Cela donne des Ty Keurs, une bouchée sphérique de la taille d'une balle de ping-pong. On travaille uniquement avec des produits du marché, en circuit court, et on imagine des recettes originales, comme celle au poulet curry-ananas, qui est devenue notre best-seller", poursuit-il.

En janvier dernier, les Arnaud lancent leur concept, baptisé Tata Keken. Deux jours par semaine, ils vendent leurs créations sur les marchés de Carantec et Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère. Le soir, ils s'installent dans les bourgs aux environs de Morlaix et, le week-end venu, ils réalisent des prestations événementielles. "On a enfin réussi à faire de la finger food avec des crêpes ! Le public se montre très curieux. On reçoit beaucoup d'encouragements de la part des Bretons, et on a même des réservations pour les festivals de cet été", s'enthousiasme-t-il.


Ty Keurs et remorque : les clés du succès

Leur formule à 7 €, composée de six Ty Keurs au sarrazin et quatre au froment, remporte un franc succès, tout comme leur remorque. Un choix loin d'être anodin, explique ce crêpier atypique : "25 % des gens viennent nous voir car ils sont intrigués par la remorque. À elle seule, c'est un outil de communication. Je l'ai fait configurer directement auprès d'un fabricant de Shanghai. Avec ses 2,25 m, elle est optimale pour travailler à deux. Ce faible encombrement permet de réaliser tout type d'événement, et de se distinguer des food trucks plus classiques."

Prochain pari ? Se développer en franchise d'ici dix-huit mois. "Le droit d'entrée serait de 10 000 €, location de remorque comprise. Et dans dix ans, on sera présent à Tokyo !", lance Samuel Arnaud.


Violaine Brissart
Journal & Magazine
Services