×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Recettes et techniques

Un chef, Une recette : José Cabado, une cuisine franche

Recettes et techniques - mardi 4 janvier 2022 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dans leur restaurant d'une rue peu passante à Paris, José Cabado, chef d'origine hispanique et sa femme Farida en salle, ont créé le restaurant où ils aimeraient aller, la bonne excuse.



José Cabado, La bonne excuse
José Cabado, La bonne excuse

> Qu’appelez-vous une cuisine franche ?
C’est une cuisine où les saveurs sont distinctes, sans multiplier les ingrédients pour ne pas apporter de la confusion. Je cuisine de bons produits (la viande provient du plateau de l’Aubrac par exemple) dont les goûts sont bien prononcés et dont la saveur parle.

> Quelles sont vos inspirations ?
Après mon CAP-BEP de cuisine à Paris, j’ai travaillé au Lutécia auprès de Jacky Fréon, Bocuse d’or 1987. Il me disait :"Un plat réussi, c’est un plat dans lequel en fermant les yeux, on reconnaît tous les ingrédients."

> Comment cela se traduit-il dans la recette du filet mignon de cochon capelin ?
Chaque ingrédient met l’autre en valeur. J’utilise la plancha, la température élevée permet de bien saisir les médaillons de filet mignon. J’accorde beaucoup d’attention à la cuisson (ici les médaillons sont cuits rosés) et je cuisine à l’huile d’olive. L’accompagnement et la sauce sont là pour sublimer la viande et surtout pas la dénaturer. Le panais est très doux, le navet boule d’or apporte un côté sucré qui contraste avec le côté salé-fumé du jambon serrano.
Dans la présentation de l’assiette, le décor doit apporter un plus gustatif, tout se mange et tout est utile, il n’y a pas de superflu. Ici, le jambon serrano apporte en plus une texture croustillante.


Olivier Milinaire
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services