×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Produits et boissons

Temps de repos des pâtes : qu'en penser ?

Produits et boissons - jeudi 24 novembre 2022 14:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

C'est la rétraction de la pâte - plus que la durée du repos - qui compte, explique, expérience à l'appui, le physico-chimiste Hervé This.



Le gluten contenu dans les pâtes est élastique, de sorte que, s'il est étendu, il peut se rétracter, comme un élastique.
© GettyImages
Le gluten contenu dans les pâtes est élastique, de sorte que, s'il est étendu, il peut se rétracter, comme un élastique.

On entend dire que les pâtes à foncer doivent reposer. Par exemple, je lis dans un document d’enseignement que la pâte doit reposer au moins trente minutes après pétrissage (recouverte au contact de film plastique). Si l’on ne respectait pas ce temps de repos, le beurre serait trop mou pour l’abaisse, la pâte collerait et risque aussi d’être élastique. Mais ce n’est qu’un exemple parmi mille. Et, souvent, il est question du repos qui éviterait la rétraction. Que penser de tout cela ?

C’est un fait que, quand on travaille de la farine avec de l’eau, cette dernière vient ‘ponter’ des protéines qui ont pour nom ‘gluténines’ et ‘gliadines’, ce qui fait un réseau qui a été nommé ‘gluten’. C’est une sorte de filet, dans toute la masse de la pâte, où sont dispersés les grains d’amidon (analogues à ceux de la fécule). Et c’est un fait que ce gluten est élastique, de sorte que, s’il est étendu, il peut se rétracter, comme un élastique.

Tout cela étant dit, nous avons expérimenté à propos de cette question, lors d’un séminaire de gastronomie moléculaire, et nous avons finalement découvert qu’un long repos (une heure) n’avait pas d’effet : ce qui compte, c’est la rétraction qui se fait dans les minutes qui suivent l’abaissement de la pâte à foncer. Chacun peut le constater par l’expérience suivante : on étale une pâte, on en détache immédiatement une partie à l’emporte-pièce, et on laisse le morceau détaché dans l’emporte-pièce (qui est donc la taille ‘initiale’). Après quelques minutes, on voit que la pâte est plus petite que l’emporte-pièce, preuve qu’elle s’est rétractée !


Hervé This
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Santé et sécurité au travail en CHR : constituer votre document unique (+ modèles)
par Carole Gayet
Services