Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

#Coronavirus : Jean Castex durcit le ton contre le relâchement face au Coronavirus

Juridique et social - mercredi 12 août 2020 17:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Face à la dégradation de la situation épidémique, Jean Castex a annoncé mardi 11 août, le renforcement des mesures contre le Covid-19 : extension de l'obligation du port du masque, renforcement des contrôles et interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes jusqu'au 30 octobre. Un décret n°2020-1035 du 13 août publié au journal officiel du 14 rend ces annonces applicables.



'Il faut éviter par dessus tout un retour en arrière, un reconfinement' a déclaré le premier ministre
© Benoit Granier/Matignon
'Il faut éviter par dessus tout un retour en arrière, un reconfinement' a déclaré le premier ministre

« Je le dis avec une forme de gravité : si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique qui sera difficile à contrôler » a déclaré le premier ministre lors de son déplacement au CHU de Montpellier.

« Le seuil de vigilance, qui est atteint quand on enregistre plus de 20 cas pour 100 000 habitants, sera atteint cette semaine au niveau national » a précisé Jean Castex.

Pour le chef du gouvernement, la dégradation de cette situation est « le constat d’une moindre vigilance, d’une moindre discipline, d’une moindre solidarité, de la part de certains d’entre nous, minoritaire sans doute mais trop nombreux. » C’est la raison pour laquelle, il souhaite un renforcement des mesures contre le Covid-19.

 

Les rassemblements de plus de 5000 personnes reportés

Jean Castex a annoncé la prolongation jusqu’au 30 octobre (au lieu du 1er septembre) de l’interdiction des événements de plus de 5000 personnes. Le décret a donc supprimé la date du 31 août, mais sans préciser à quelle date les rassemblements de plus de 5000 personnes pourraient de nouveau avoir lieu. Cette mesure ne sera pas sans conséquences pour les grands événements professionnels comme les foires et salons qui ne pourront pas se tenir et ne peuvent anticiper faute de connaitre la date de fin de l’interdiction de ces grands rassemblements.

Toutefois, le premier ministre a précisé que les préfets auraient la possibilité d’y déroger après vérification du strict respect des protocoles sanitaires.

 

Etendre le port du masque

Le premier ministre a indiqué qu’il allait demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l’obligation du port du masque dans les espaces publics extérieurs. « Dans 330 communes, l’obligation du port du masque a été édictée dans les zones publiques les plus fréquentées » a-t-il affirmé, en rajoutant qu’il fallait aller au-delà. Le décret a classé Paris et le département des Bouches-du-Rhône en zone active de circulation du virus. Ce qui permet au préfet d’imposer des mesures plus restrictives et notamment d’élargir l’obligation du port du masque en extérieur dans les zones les plus fréquentées.

En ce qui concerne les entreprises, le premier ministre a indiqué qu’il avait demandé aux ministres du travail et de l’économie « de voir comment on peut au maximum généraliser sur le lieu de travail le port du masque » tout en excluant une obligation systématique. Elisabeth Borne, ministre du travail doit proposer mardi aux partenaires sociaux que le port du masque soit obligatoire dans les salles de réunion et les espaces de circulation en entreprise, dès la fin août.

 

Renforcement des contrôles

Jean Castex a annoncé un renforcement des contrôles sur le respect de l’ensemble des règles destinés à prévenir la propagation du virus, (distanciation, port du masque) et notamment dans les espaces public, les transports, ainsi que dans les bars et les restaurants.

Pour les établissements recevant du public qui ne respecteraient pas les règle sanitaires, il souhaite donner la possibilité aux services de l’état d’imposer des fermetures partielle, à partir d’une certaine heure, plutôt que des fermetures totales comme c’est le cas aujourd’hui. Ce qui est le cas avec le décret qui autorise le préfet à interdire ou restreindre les activités dans les ERP qui participent à la propagation du virus.

#Coronavirus


Pascale Carbillet
En complément :
  Retrouvez le décret n°2020-1035 du 13 août 2020 prescrivant les mesures générales pour faire face à l'épidémie de Covid-19