×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Revalorisation du salaire minimum après 3 ans d'ancienneté

Juridique et social - jeudi 13 juin 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

"Y a-t-il une obligation pour l'employeur de revaloriser le salaire si le salarié est au niveau 1 échelon I depuis plus de trois ans ?" Virginie



© GettyImages


Effectivement, la convention collective prévoit qu’un salarié classé à l’échelon 1 du niveau I bénéficie d’un échelon supplémentaire après trois ans de service continu. Cela signifie que le salarié doit être classé à l’échelon 2 du niveau I après trois ans d’ancienneté dans votre entreprise. Mais cela ne va pas forcément se traduire par une augmentation de votre salaire car les premiers échelons sont souvent rattrapés par la revalorisation du taux horaire du smic.


Au 1er janvier 2019, le taux horaire du smic a été fixé à 10,03 €, alors que la grille de salaire prévue par l’avenant n° 28 prévoit que le taux horaire de l’échelon 2 du niveau I est fixé à 10,03 €, soit le même taux. Par conséquent, l’employeur doit mentionner cet échelon supplémentaire sur la fiche de paie, mais le salarié restera au taux horaire brut de 10,03 €.


Pascale Carbillet