×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Ce n'est pas le salaire qui détermine le classement d'un salarié

Juridique et social - vendredi 27 janvier 2017 09:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


"Pouvez-vous m'indiquer le niveau et l'échelon d'un second de cuisine ayant comme rémunération 3 000 € brut mensuel sur la base de 37 heures. Merci pour votre retour. Eric"



Ce n'est pas votre rémunération qui détermine votre classement, mais vos compétences, votre formation ainsi que vos tâches et responsabilités. Ce classement aura alors une incidence sur la rémunération minimale qui doit vous être proposée. Celle-ci pourra être supérieure à celle prévue par votre classement.

La convention collective des CHR du 30 avril 1997 a mis en place le principe d'un système de classification, établi selon la méthode des critères classants. Quatre critères ont été retenus : la compétence (expérience ou niveau de formation), le contenu de l'activité, l'autonomie et la responsabilité. Ils s'apprécient de la même façon et le salarié doit remplir les quatre critères pour prétendre à une classification minimale. En annexe, 45 emplois repères ont été classés afin de guider les entreprises dans la mise en place de leur propre classement.

La grille de classification des emplois dans les CHR a instauré cinq niveaux de qualification, avec trois échelons chacun - excepté pour le niveau 4 où il n'y a que deux échelons. Chaque critère est développé en fonction des niveaux et échelons.

Si vous reprenez la liste des emplois repères figurant dans la convention collective, vous trouvez : chef de cuisine, chef de partie, cuisinier, mais pas second de cuisine. Selon la structure dans laquelle vous travaillez, vous pouvez être assimilé soit à un chef de partie avec une classification minimale niveau III échelon 1 (le taux horaire brut minimal est de 10,50 €), soit à un cuisinier qui est classé au minimum au niveau I échelon 3 (9,86 €). Cette classification va déterminer votre rémunération minimale et ne constitue pas un maximum. Par conséquent, vous pouvez très bien avoir un salaire supérieur à votre classement. C'est d'ailleurs votre cas car, avec un classement au niveau III échelon 1, la rémunération minimum est de l'ordre de 2 200 €, bien en dessous de votre salaire.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Informatique et nouvelles technologies en CHR
par Thierry Longeau
Services