×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Les Hautes Mers, la nouvelle perle des Domaines de Fontenille

Hôtellerie - lundi 16 mai 2022 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Île d'Yeu (85) Le groupe hôtelier vient d'inaugurer un nouvel établissement de 17 chambres et un restaurant, sur l'île d'Yeu, à quelques mètres du débarcadère de Port-Joinville. Une adresse dans un cadre "bout du monde", qui invite à la déconnexion.



“Quand j’ai su que les Domaines de Fontenille allaient s’installer sur l’Île d’Yeu (Vendée), j’ai voulu participer au projet”, explique Agathe Facq, native de l’île et directrice des Hautes Mers, le nouvel établissement du groupe hôtelier. Après une expérience à Paris, en Polynésie et dans les Antilles Françaises, la jeune femme a souhaité revenir sur ses terres. “C’était une superbe opportunité pour moi”, lance-t-elle, et c’était “rassurant” pour les habitants de savoir que l’établissement est dirigé par quelqu’un de l’île. “Il y avait beaucoup de fantasme” autour de cette ouverture, concède Agathe Facq.

 

Se ressourcer au bout du monde

Les Hautes Mers, baptisé ainsi en hommage à une chanson de Barbara, est situé à quelques mètres du débarcadère de Port-Joinville et face à l’océan Atlantique. Le huitième établissement de la collection des Domaines de Fontenille a ouvert le 16 avril, après quelques travaux et aménagements. “L’établissement, ex-hôtel Le Caillou blanc, avait déjà été rénové il y a deux ans. Les nouveaux propriétaires, Guillaume Foucher et Frédéric Biousse, ont refait la décoration et construit une cuisine professionnelle pour accueillir un restaurant”, explique Agathe Facq. L’hôtel dispose, pour le moment, de 17 chambres, d’une piscine extérieure et d’un restaurant. Aux commandes du restaurant Vent debout, Nawal Rezagui qui, après avoir évolué au sein des différentes maisons, vient de prendre son premier poste en tant que cheffe. Côté décoration, le blanc reste majoritaire dans les parties communes. Les coussins et canapés sont signés Caravane. Aux murs, on retrouve les constructions visuelles de Laurent Millet et les photographies ethnographiques de Charles Freger. Ont également été installées des sculptures minimalistes de Marie Bathellier, une artiste de l’île qui crée des totems avec des flotteurs de balisage et des perches de bois.

L’hôtel restera fermé pour six mois pendant la basse saison pendant les deux prochaines années pour continuer les travaux : une extension de 700 m² - pour créer huit chambres, une salle de séminaire et une piscine couverte - verra ainsi le jour d’ici 2024. Il est ensuite prévu qu’il ouvre à l’année. Une ambition qui n’inquiète pas Agathe Facq : “Les gens ont envie de couper, de se ressourcer dans des lieux isolés, situés au bout du monde.”

 

Recruter sur une île… une gageure

Un isolement qui peut néanmoins s’accompagner de difficultés, notamment côté recrutement. “Nous avons un double problème sur l’île. Le premier, commun à toute la profession, est celui du recrutement. Pour le moment, nous devons fermer le restaurant un jour et demi par semaine, faute de personnel. Heureusement, les choses évoluent vite, notamment grâce au fait que nous sommes un groupe. Cela séduit parce que nous offrons des possibilités d’évolution. Le deuxième problème c’est celui du logement, comme dans les stations balnéaires de la côte atlantique. Sur l’île d’Yeu, le foncier est très cher et les logements vacants ne sont souvent disponibles qu’en location saisonnière. Se loger de manière permanente est très compliqué. Si nous n’offrons pas de solution de logement, nous ne pourrons pas recruter”, explique la directrice, qui relativise quand-même puisque plus de 60 % de l’équipe vient déjà de l’île. Un problème que la mairie a pris en main, notamment en créant des logements individuels dans une ancienne colonie de vacances.

#LesDomainesDeFontenille #LesHautesMers #AgatheFacq


Romy Carrere
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services