×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Les Domaines de Fontenille : une success story française

Hôtellerie - lundi 16 mai 2022 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

En seulement six ans (dont deux de crise sanitaire), Guillaume Foucher et Frédéric Biousse, ont créé une collection constituée de huit hôtels. Et ils ne comptent pas s'arrêter là. Trois projets, à Saint-Rémy-de-Provence, dans le nord du Luberon et dans le Chianti (en Toscane), verront le jour à partir du printemps prochain. Rencontre avec Guillaume Foucher.



L’Hôtellerie Restauration : Vous venez d’ouvrir une huitième adresse sur l’île d’Yeu. Pourquoi ce choix ?

Guillaume Foucher : Le groupe Les Domaines de Fontenille est imminemment lié à notre vie à tous les deux [avec Frédéric Biousse, NDLR], et nous avions envie d’iode, mais un peu plus haut qu’Hossegor [où le groupe a ouvert les Hortensias du Lac]. On a commencé à prospecter en Bretagne. On a loué un camping-car à Brest et sommes allés, en quinze jours, jusqu’à Angoulême, en longeant la côte. Nous avons finalement repéré six lieux. Notre dernière destination était sur l’île d’Yeu. C’est un condensé de tous les paysages qu’on avait repérés, avec une île très préservée. On y trouve à la fois des plages de sable blanc, mais aussi des falaises. Nous avons très vite senti l’art, la culture et la tradition populaire présents sur cette île. Parce que nous sommes éloignés du continent [à 45 minutes environ en bateau], on s’y sent à l’abri. Nous avons convaincu l’ancien propriétaire de nous céder l’hôtel, qu’il avait lui-même racheté deux ans plus tôt. Ils avaient réalisé des travaux, donc nous n’avions pas grand-chose à faire, surtout de la décoration. Nous prévoyons sur les deux prochains hivers de réaliser de gros travaux avec une annexe de 700 m² pour créer de nouvelles chambres, un spa et une piscine intérieure. Et nous avons appris qu’un établissement phare de l’île, le bar de la Meule, était à vendre, et nous avons décidé de le racheter également.

 

Qu’est-ce qui vous motive dans le choix de ces ouvertures ?

On tombe amoureux d’une maison, d’un lieu. Ce n’est pas pour rien qu’on a des hôtels de petite structure, c’est parce qu’on tombe sous le charme d’endroits où l’on a envie de vivre une partie de notre vie. C’est dans ces maisons qu’on arrive à se projeter. Notre seule limite dans le développement, c’est de respecter 3 heures de distance avec nos lieux de vie, Paris et Aix-en-Provence, car nous sommes tout le temps dans nos hôtels, on suit les travaux… L’idée, c’est d’offrir un tour d’Europe à travers les différentes maisons des Domaines de Fontenille. Nous avons des maisons toutes différentes, mais avec un service similaire, et qui offrent de beaux paysages.

 

Vous êtes systématiquement propriétaires des murs. Cela nécessite de lourds investissements, non ?

En effet, la particularité des Domaines de Fontenille c’est que nous sommes propriétaires des murs de nos hôtels. Nous choisissons, dès que c’est possible, des maisons avec beaucoup de terrain, car nous avons une vocation agricole. Nous produisons du vin à Lauris et à Minorque, en Italie, nous aurons des oliviers. C’est par goût de la terre, mon père est céréalier. Faire son vin ou son huile d’olive, c’est génial !

 

Vous avez une large clientèle d’habitués. Comment l’expliquez-vous ?

En effet, 60 % de nos clients reviennent d’une année sur l’autre et plus de 70 % de notre clientèle a déjà été dans deux établissements de la collection. Il y a une vraie fidélité. Nous faisons des choix qui ne peuvent pas plaire à tout le monde, mais c’est aussi ce qui fait que nous avons une communauté.

 

#LesDomainesDeFontenille #FredericBiousse #GuillaumeFoucher #LesHautesMers


Romy Carrere
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services