×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

À Dijon, l'Hôtel des ducs joue la carte de l'escape game

Hôtellerie - mercredi 19 janvier 2022 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dijon (21) Pour exploiter des mètres carrés inutilisés, l'hôtel de 50 chambres a développé un pôle loisirs. Face au succès rencontré - la première salle génère 50 000 € de chiffre d'affaires annuel -, l'établissement a investi dans quatre univers thématiques où les Dijonnais viennent se distraire en soirée ou le week-end.



Pénétrer une forêt enchantée, faire une excursion à l’époque médiévale, plonger au cœur de la Seconde Guerre mondiale ou s’immerger avec le Nautilus, le visiteur qui pousse les portes de l’Hôtel des ducs à Dijon ne vient pas toujours pour y séjourner. Depuis qu’il a repris l’établissement d’une capacité initiale de 34 chambres en juillet 2017, Pascal Derville a fait preuve d’ingéniosité pour le faire évoluer. Après quelques acquisitions et agrandissements, il compte aujourd’hui 50 chambres et appartements ainsi que quatre escape games au sein de l’établissement initial.

Pour donner vie à ces nouveaux espaces, le dirigeant a totalement repensé certains lieux. “Je voulais créer du chiffre d’affaires tout en ajoutant un lieu de vie dans l’hôtel et ce, en nous ouvrant sur la ville.” Pour ce faire, il a transformé une salle de séminaires de 60 m2n sous-sol qui ne séduisait pas. Pascal Derville a alors fait appel à Arnaud Genin, créateur d’escape games avec Play Escape. En deux mois, il a conçu un premier univers, Magie noire, où le visiteur entre dans une sombre forêt.

Surprise, les travaux dévoilent un pan de l’ancien mur de fortification de la ville. Après de nouveaux travaux, de ces vestiges est né un deuxième univers, à l’ambiance médiévale. Dans chacun, le joueur est en immersion complète grâce à un souci du détail et du décor particulièrement prononcé. “Pour réaliser un escape game, il faut compter de 10 000 à 80 000 €. Pour obtenir un résultat de qualité, automatisé, nous avons investi en moyenne 40 000 € par jeu”, détaille Pascal Derville.

Devenir un pro de l’évasion

La première salle, créée en 2018, génère 50 000 € de chiffre d’affaires annuel et accueille environ 2 600 joueurs annuellement. Devant le succès rencontré, Pascal Derville a transformé un espace de stockage de 45 m2 en sous-sol pour créer un troisième environnement inspiré du film Monument Men, qui se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette incursion dans le monde du loisir aurait pu s’arrêter là, mais le propriétaire a été confronté à deux chambres dont l’occupation devenait problématique, notamment en raison de leur localisation. Une chambre de 24 m2 plonge désormais les joueurs sous les eaux avec la lourde tâche de ramener le Nautilus à la surface. Une seconde chambre est en cours de transformation pour accueillir un jeu d’action en 2022.

Des chiffres encourageants

“Nous n’allons pas gagner en chiffre d’affaires, mais nous avons effacé un problème et nous faisons connaitre l’hôtel.” 8 000 personnes ont déjà participé à l’un des escape games. “Les Dijonnais pourront recommander notre hôtel à leurs proches et nos clients reviennent pour profiter des activités. Cela dynamise aussi l’équipe.” Pascal Derville estime à 34 % le taux de rentabilité à cinq ans, durée de vie moyenne d’un escape game. Côté dépenses, le dirigeant liste la maintenance, la communication, mais surtout la masse salariale puisque chaque jeu nécessite la présence d’un game master. “Nous prenons des étudiants et, grâce au système de réservation, nous optimisons leur présence.”

Pour aider d’autres hôteliers désireux de se lancer, Pascal Derville propose une offre clé en main, de l’étude de faisabilité au partage des outils numériques associés en passant par la conception.

#dijon #escapegame #hoteldesducs

 

Nadège Hubert, Press Aletheia

Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services