×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Atelier déco : Madame Rêve, un hôtel en hommage aux femmes et à l'imaginaire

Hôtellerie - jeudi 21 octobre 2021 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) L'immense hôtel-restaurant de 7 000 m2 imaginé par Laurent Taïeb ouvre ses portes le 21 octobre dans ce qui était le plus grand bureau de poste de Paris. Un projet spectaculaire où rien n'a été laissé au hasard.



Le défi était taille. Il aura fallu neuf ans à Laurent Taïeb pour le relever. Dans l’ancienne Poste de la rue du Louvre, à Paris (Ier), ouvre ce 21 octobre l’hôtel Madame Rêve, l’un des plus grands projets hôteliers de cette fin d’année. L’immense bâtiment construit par l’architecte Julien Guadet et inauguré en 1888 est bien connu des Parisiens, puisqu’il était l’unique bureau de poste à être ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Le projet de restructuration mené par l’architecte Dominique Perrault depuis 2013 l’a transformé en îlot comportant des commerces, des bureaux, des logements sociaux, un commissariat et une halte-garderie.

Le Madame Rêve Café prend place au rez-de-chaussée et mène vers l’hôtel-restaurant, du 3e au 5e étage. Laurent Taïeb, déjà aux commandes de plusieurs restaurants dans la capitale (le Café du Trésor, Bon, Lô Sushi, Kong) a signé la direction artistique de ce spectaculaire établissement de 7 000 m2. Son ambition : en faire un espace ouvert aux Parisiens, grâce aux deux restaurants et au rooftop qui s’ajoutent aux 82 chambres et suites 5 étoiles. C’est aussi un projet très personnel, dicté par l’envie de créer un lieu différent, qui suscite de l’émotion. Son nom - titre d’une chanson d’Alain Bashung – est aussi l’occasion de rendre hommage aux femmes et à l’imaginaire.

 

Une décoration inspirée par Andrée Putman

L’entrée dans l’hôtel se fait par une toute petite porte, située 48 rue du Louvre, qui donne accès à deux petits comptoirs d’accueil. Un parti pris réussi : la surprise n’en est que plus grande lorsque l’on emprunte le couloir menant vers le Madame Rêve Café : une vaste salle de style Belle-Époque de 300 m2 et huit mètres de hauteur sous plafond, décorée de boiseries acajou ouvragées, de marbres aux teintes miellées, de quatre immenses lustres chandeliers, de tentures de velours et de fresques murales réalisées par Olivia Masmontel.

Des ascenseurs mènent aux 82 chambres et suites, toutes situées au 3e étage, de part et d’autre de longs couloirs qui portent les noms des rues auxquels ils correspondent (rue du Louvre, Etienne Marcel, Jean-Jacques Rousseau…). Certaines donnent sur les toits de Paris quand d’autres - avec terrasse - s’ouvrent sur le patio végétalisé et un jardin suspendu, dans un silence qui constraste avec l'agitation du quartier. Toutes possèdent de larges baies vitrées qui laissent entrer la lumière, habillées de lourds rideaux en velours. Les chambres se déclinent dans des tons chaleureux de bois et d’ambre grâce aux boiseries en noyer recouvrant les murs, aux tables en onyx… qui sont autant d’hommages à l’architecte d’intérieur Andrée Putman, avec qui Laurent Taïeb avait travaillé et qui affirmait : “La vie doit être mordorée.”

En clin d’œil à la première destination du bâtiment, de nombreux éléments de décoration évoquent, avec nostalgie, poésie et parfois humour, ce temps où l’on s’envoyait des lettres par la poste. Une collection de Mail Art, l’art du courrier, composée de 800 pièces est exposées dans les chambres. D’épais tapis recouvrant les parquets en chêne sont décorés de motifs postaux – timbres et timbres à date, logos, messages télégraphiques…

 

Des vues inédites depuis le restaurant et le rooftop

L’étage accueille également le restaurant panoramique La Plume, dont l’ouverture est prévue fin novembre. Accessible directement depuis la rue, il accueillera 140 couverts et 40 personnes autour de l’immense bar en marbre en forme de U, surmonté par une résille dorée évoquant des nuages. De tous côtés, la vue est impressionnante grâce aux larges baies vitrées, notamment sur l’église Saint-Eustache toute proche, Beaubourg, le Panthéon... Entouré par un patio arboré de plus de 100 essences différentes, il mène à un spectaculaire rooftop végétalisé, qui ouvrira au printemps. Avec ses différents espaces et ses ambiances, Madame Rêve a été pensé pour devenir un espace vivant pour les touristes et les Parisiens, en offrant une expérience inédite dans la capitale.

 

#MadameReve #LaurentTaieb


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services