×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Plateforme de réservation : quand les cartes de paiement virtuelles jouent de mauvais tours

Hôtellerie - lundi 6 septembre 2021 11:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Boulogne-sur-Mer (62) L'hôtelier Guillaume Barillon vient de rencontrer quelques difficultés et retards de paiement avec les cartes virtuelles émises par Booking.com. Il raconte sa mésaventure. La plateforme de réservation lui répond.



Mi-août dernier, Booking.com devait la somme de 8 947 € à Guillaume Barilllon, hôtelier à Boulogne-sur-mer.
© DR
Mi-août dernier, Booking.com devait la somme de 8 947 € à Guillaume Barilllon, hôtelier à Boulogne-sur-mer.

 

L’été a été chaud pour Guillaume Barillon. Tout d’abord, parce que cet hôtelier de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) s’est mobilisé non-stop pour accueillir ses clients et profiter du sursaut de fréquentation estival, sur fond de Covid et extension du pass sanitaire. Mais aussi parce qu’une partie de son chiffre d’affaires “a été bloquée durant plusieurs semaines”, dit-il, par Booking.com. La plateforme de réservation génère désormais des cartes virtuelles à zéro euro, ce qui empêche tout débit immédiat de chaque carte, alors que le client à bien tout réglé à Booking.com”, explique Guillaume Barillon. Le professionnel doit donc attendre le séjour du client pour pouvoir être payé.

Sauf que mi-août dernier, Booking.com devait la somme de 8 947 € à Guillaume Barilllon pour des séjours effectués en juillet dans un établissement de quatre appartements, qu’il gère en plus de ses deux hôtels boulonnais. “Une somme non négligeable, de surcroît dans cette période de crise sanitaire”, commentait-il au moment des faits. Il a, bien sûr, pris contact immédiatement avec son chargé de compte chez Booking.com, “mon seul interlocuteur au sein de la plateforme”. Mais celui-ci ne pouvait relayer le mécontentement de l’hôtelier que par relances d’e-mails, envoyées au service financier et à la comptabilité de la plateforme de réservation. “J’avais l’impression que c’était le pot de fer contre le pot de terre”, ajoute Guillaume Barillon : “Je me sentais pris en otage.

 

“Nous nous excusons pour la gêne occasionnée…”

Désappointé, l’hôtelier boulonnais a sollicité l’Umih pour trouver une solution à sa mésaventure, voire obtenir des conseils ou un soutien. Mais cela n’a pas permis de débloquer quoi que ce soit. Puis, à force d’“attendre”, comme lui répétait son chargé de compte, le dossier de Guillaume Barillon a été traité par Booking.com aux alentours du 20 août. Sollicitée par la rédaction de L’Hôtellerie Restauration, pour comprendre les raisons du retard de paiement de l’hôtelier, la plateforme de réservation nous a répondu : “Notre objectif étant de fournir une plateforme facile à utiliser qui permette à nos partenaires de gérer et de développer leurs activités avec nous de manière transparente, nous nous efforçons de résoudre tout problème potentiel le plus rapidement possible. Malheureusement, en raison d'un problème technique, qui a été résolu depuis, nous n'avons pas été en mesure de traiter le paiement de ce partenaire à temps. Dans ce cas présent, notre partenaire, Monsieur Guillaume Barillon, a utilisé les canaux appropriés pour demander de l'aide et a reçu une mise à jour de la situation de la part de notre équipe d'assistance. Nous nous excusons pour la gêne occasionnée par ce retard et nous nous engageons à veiller à ce que nous puissions continuer à répondre aux attentes de nos partenaires. Comme toujours, notre équipe d'assistance reste disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour répondre aux questions et trouver des solutions pour tous nos partenaires.”

 

#GuillaumeBarillon #Booking


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services