×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Personnaliser l'accueil, une tendance de fond selon Emmanuelle et Bruno Epailly

Hôtellerie - jeudi 26 août 2021 10:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Beaune (71) En scindant un ancien hôtel particulier pour en faire deux hôtels haut de gamme ayant chacun leur caractère, Les Remparts et Les Tonneliers, les deux hôteliers aspirent à casser les codes de la standardisation pour répondre au mieux aux attentes des clients.  




En avril 2020, Bruno Epailly reçoit un appel de ses parents, Claude et Elyane, lui demandant de les épauler pour leur hôtel beaunois qu’ils pilotent depuis trente-deux ans. C’est alors le premier confinement et l’établissement n’a plus de clients, “puisqu’il fonctionnait avec des groupes d’Américains”, explique-t-il. Il le reprend donc du jour au lendemain, “réinvente tout” durant les quatre mois d’ouverture et réussi à remplir l’affaire “avec 100 % de taux d’occupation” grâce aux clients du Domaine de l’abbaye de Maizières tout proche, dont il est propriétaire avec sa femme, Emmanuelle, depuis 2010.

S’engage ensuite un gigantesque chantier pour scinder en deux entités l’ancien hôtel particulier familial dont la partie gauche, abritant des murs XVIe et XVIIe, “était l’hôtel des ventes de [son] grand-père, premier commissaire-priseur de la vente des vins des Hospices de Beaune”, explique Bruno Epailly, tandis que la partie droite affiche un style XIXe siècle avec une décoration intérieure de type Eiffel.

 

Une demeure, deux entités, deux cibles

Huit mois plus tard, en mai 2021, après avoir investi 500 000 €, émergent deux maisons aux styles distincts mais séparés par un simple passage dans le mur, emprunté par la quinzaine de salariés : d’un côté, Les Remparts Hôtels et Demeures Historiques, 4 étoiles de neuf chambres et trois suites de 100 m2 – ces dernières ne sont pas encore achevées - ; et, de l’autre, Les Tonneliers, 3 étoiles de douze chambres au style maison bourgeoise, où “il n’y a pas eu de gros travaux entrepris, juste une remise à propre”, explique Bruno Epailly.

Aux Remparts en revanche, “tout a été cassé du sol au plafond !”, en faisant notamment intervenir des maitres forgerons, des tailleurs de pierres, des verriers… “On a découvert les tomettes, les plafonds à la française, les murs en pierre, des niches... et tout réaménagé pour en faire un hôtel d’exception.” Celui-ci accueillera d’ici la fin de l’année une boutique-hôtel, un service voiturier, un bar lounge, un bassin de nage de 13 mètres en sous-sol et un spa réservé aux clients de l’hôtel.

“Notre souhait est de personnaliser le plus possible l’accueil. C’est une vraie tendance de l’hôtellerie : les clients ont besoin de se faire plaisir et d’être considérés.” Les aménagements réalisés par le couple d’hôteliers permettent de classer Les Tonneliers en 4 étoiles et Les Remparts en 5 étoiles ; toutefois Bruno Epailly souhaite attendre “et roder les établissements avant de basculer en catégorie supérieure”. Ou pas : pratiquant des prix de 5 étoiles avec des clients satisfaits, “orientés plutôt séjours courts – une ou deux nuits - pour Les Tonneliers et longs -jusqu’à une semaine - pour les Remparts”, et un taux d’occupation de 90 % depuis l’ouverture en juin dernier, “peut-être que nous resterons aussi comme ça”, estime, serein, Bruno Epailly.

 

#BrunoEpailly #EmmanuelleEpailly #LesRemparts #LesTonneliers


Myriam Henry
Journal & Magazine
N° 3758 -
29 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services