Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Crise sanitaire : Accor à l'heure du bilan

Hôtellerie - mercredi 24 février 2021 14:47
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Paris (75) Chiffre d'affaire en chute libre, mais mise en place d'un plan d'économie des coûts. Restructuration et réorganisation, mais ouverture de 205 hôtels… Le groupe français vient de publier ses résultats pour 2020 : la situation est grave, mais loin d'être désespérée.



Pour faire face à la crise sanitaire, Sébastien Bazin, le patron d'Accor, a misé sur une organisation 'simplifiée et agile'.
© Bruno Lévy
Pour faire face à la crise sanitaire, Sébastien Bazin, le patron d'Accor, a misé sur une organisation 'simplifiée et agile'.

“Nous avons dû faire face à un coup d’arrêt total de l’activité. ” En présentant les résultats annuels pour 2020, le patron du groupe Accor a rappelé le côté inédit de l’épisode que le secteur de l’hôtellerie-restauration traverse depuis bientôt un an. “C’est une crise sans précédent”, a souligné Sébastien Bazin. Une crise à la fois sanitaire, économique et sociale, qui a fait chuter le chiffre d’affaires d’Accor de 60 %, en le ramenant à 1,6 milliard d’euros, contre 4 milliards en 2019.

Face à cette réalité, le groupe a dû se montrer réactif, notamment en déployant un plan d’économie de coûts récurrents de 200 M€, dès le mois d’août 2020. Avec, à la clé, au moins un millier de suppressions d’emplois. Le prix à payer pour restructurer, réorganiser et surfer sur une nouvelle dynamique.

Sébastien Bazin a évoqué la mise en place d’une organisation “simplifiée et agile”, ainsi qu’un rapprochement avec Ennismore - opérateur hôtelier basé à Londres - via la création d’une entité de douze marques dans l’hôtellerie lifestyle. À cela s’ajoute la signature d’un partenariat stratégique avec le groupe Faena, pour déployer l’enseigne éponyme à l’international. Sans oublier l’ouverture, en 2020, de 205 hôtels, représentant 28 942 chambres. Ce qui porte le parc hôtelier d’Accor à 753 344 chambres et 5 139 établissements. Une progression voisine de celle des années précédentes”, a commenté Jean-Jacques Morin. Le directeur financier du groupe Accor a également précisé qu’il restait 4,2 milliards de liquidité dans les caisses, “de quoi tenir près de huit ans”.

 

“Les premiers signes tangibles de reprise en Asie, Afrique-Moyen Orient et Amérique du Sud”

Et demain ? “Accor va continuer d’investir sur ses marques historiques, qui représentent 85 % du revenu”, a détaillé Sébastien Bazin. Mais le patron du groupe a aussi le coworking en ligne de mire : ainsi les espaces modulaires Wojo, créés avant la crise sanitaire en joint-venture avec Bouygues, vont se multiplier. Quelque 1 200 espaces de coworking Wojo devraient voir le jour dans les hôtels Accor d’ici à 2022. Sébastien Bazin parle d’“ancrer l’hôtel dans son territoire”, car Wojo doit permettre de venir travailler quelques heures, mais aussi de profiter d’un spa, d’une salle de fitness, déjeuner ou dîner dans un restaurant…

Enfin, le bilan 2020 d’Accor pointe “les premiers signes tangibles de reprise en Asie, Afrique-Moyen Orient et Amérique du Sud”. Une note d’optimisme à laquelle Sébastien Bazin ajoute :  “Et le vaccin est là !

#SebastienBazin #Accor


Anne Eveillard
Journal & Magazine
Services