Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Le Chouchou, hôtel et lieu de vie

Hôtellerie - mardi 15 septembre 2020 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Hôtel, mais aussi food court, bar guinguette, salle de concerts, de stand-up, de yoga et espace bains… le Chouchou (Paris, IXe) se veut multifonction et touche à tout, en s'ouvrant à toutes les clientèles et en faisant découvrir les multiples facettes de la culture française.



À mi-chemin entre l’opéra Garnier et les grands magasins parisiens, le Chouchou vient d’ouvrir ses portes, le 14 septembre, après deux ans de travaux. Un projet très ambitieux pour le dernier-né du groupe Elegancia Hotels, qui veut célébrer l’art de vivre à la française.

Pour y parvenir, l’architecte décorateur Michael Malapert a décliné trois axes forts sur la thématique de la pop culture : la French Touch tout d’abord, par la décoration qui multiplie les clins d’œil et les références à la culture française, le concept de la guinguette contemporaine, notamment au bar, et enfin le retour à l’essentiel (Back to basics), une notion très présente dans l’offre de restauration, avec des produits bruts sélectionnés directement auprès des producteurs.

L’hôtel a été doté de deux portes distinctes : l’une s’ouvre sur un long couloir qui mène à la réception, en grande partie dématérialisée. L’autre donne un accès direct au food court, concept fort de l’établissement, ouvert midi et soir. Celui-ci se compose de deux comptoirs – à gauche La Mer à Boire, à droite La Grande Bouffe – en lieu et place de restaurant. Les clients y passent leurs commandes puis viennent eux-mêmes retirer leur plat après avoir été avertis par bipeur.

 

Scène ouverte

Dans la continuité du food court s’ouvre un très grand bar à l’esprit guinguette, doté d’une scène. Cet espace – ouvert à la clientèle extérieure – est conçu pour accueillir des concerts, du stand-up, des soirées DJ et karaoké. Seuls des alcools fabriqués dans l’Hexagone y seront servis. “Nous voulons remettre à la mode le Ricard et la Suze”, s’enthousiasme Elias Daher, directeur de l’établissement. Une ambiance musicale très travaillée met en avant des artistes de l’Hexagone tout au long de la journée. Ici, les maitres-mots sont le partage et la convivialité, avec bancs et grandes tablées, où les touristes pourront croiser les habitants et salariés du quartier.

En prolongement de la salle, ‘l’arrière-scène’ propose des salles privatisables pour la clientèle affaires, où se tiendront notamment des cours de yoga. Autre originalité de ce lieu multifonction : un espace détente en sous-sol, composé de trois ‘bains’, des jacuzzis loués à l’heure et ouverts à la clientèle extérieure.

 

Appartement parisien

Les 60 chambres, raffinées et élégantes, sont décorées sur un modèle identique qui reprend  les codes d’un appartement parisien : moulures, parquet à bâtons rompus, faïence à carreaux et cabochon dans les salles de bains. Le choix des mobiliers et luminaires fait la part belle à de grandes marques françaises (Roche Bobois, Habitat…). Une exception toutefois dans les salles de bains, puisque l’établissement a doté chacun d’entre elles de toilettes japonaises.

Les trois suites, au 6e et dernier étage, mettent à l’honneur quant à elles des personnages emblématiques de la vie culturelle parisienne : Boris Vian, Edith Piaf et Serge Gainsbourg, et s’inspirent de leur univers : murs et piano noirs, et baignoire dans la chambre pour la suite Anamour, tons plus doux et gramophone pour La vie en Rose, immense bibliothèque pour L’Arrache Cœur.

“Nous ne sommes pas des passeurs de clés, explique Ludivine Olléon, Brand & Marketing Director du groupe Elegancia. Il y a chez nous la promesse de vivre un moment tourné vers le partage, de rencontrer des gens simples dans un lieu exceptionnel.”  Un pari ambitieux pour le groupe Elegancia, qui souhaite créer un lieu ouvert et festif dans un contexte sanitaire des plus complexes.

 

#chouchouhotel #elegancia 


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
Services