×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Ouverture d'hôtel : un défi à relever

Hôtellerie - jeudi 29 août 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Julia Vidalenc, Anne-Claire Carteron et Tiphaine Brossier ont assuré l'ouverture de l'établissement qu'elles dirigent. Pour toutes les trois, c'était une première. Elles racontent les étapes par lesquelles elles sont passées.



Julia Vidalenc, Anne-Claire Carteron et Tiphaine Brossier dirigent respectivement les hôtels Le Ballu, à Paris (IXe), Maisons du Monde Hôtel & Suites, à Nantes (Loire-Atlantique), et Château de Sacy, à Sacy (Marne). Elles ont vécu l’ouverture de leur établissement et, bien sûr, mis la main à la pâte, de la découverte des lieux jusqu’à l’arrivée du premier client, en passant par le chantier.

 

Trouver ses repères 

“Quand je suis arrivée au printemps dernier à Nantes, je connaissais à peine la ville. Aujourd’hui encore, je la découvre.” Anne-Claire Carteron a dû s’adapter à son nouvel établissement, mais aussi à l’environnement, au quartier, aux voisins. Ce qui l’a aidée à s’intégrer ? “J’aimais le projet, je m’y retrouvais et j’étais soutenue par les propriétaires, Céline et Sébastien Meslin, fondateurs du groupe Vicartem.” Changement de décor aussi pour Tiphaine Brossier, passée du Var à la Marne.

À cette acclimatation, il faut ajouter le fait de débarquer sur un chantier, ce qui n’est jamais simple. “Quand j’ai posé mes bagages au Château de Sacy, il n’y avait pas de sol, pas de peinture... J’ai fait les entretiens d’embauche au milieu des travaux”, confie Tiphaine Brossier. “Apprendre à composer, c’est la règle d’or pour une ouverture d’hôtel”, reconnaît Julia Vidalenc qui a plutôt bien vécu les deux ans et demi de travaux du Ballu. Et pour cause : son mari, l’architecte Thomas Vidalenc, était à la manœuvre.

 

Monter une équipe

Embaucher n’est pas la phase la plus simple. “Surtout en été”, souligne  Julia Vidalenc, qui a ouvert en juin dernier. Avec 37 chambres et un restaurant, elle n’a que 23 salariés et des femmes de chambres en sous-traitance : “Il me manque encore cinq personnes. Si bien qu’actuellement, je suis réceptionniste et un peu standardiste aussi !” Tiphaine Brossier a eu plus de chance : “En deux jours, j’ai embauché les 20 ‘bonnes’ personnes - que des juniors- pour ouvrir l’hôtel : c’était en juin 2017. Aujourd’hui, l’équipe compte 30 salariés.” Mais il faut quand même prévoir une phase d’adaptation de ces nouvelles recrues. En particulier si, comme Anne-Claire Carteron, on privilégie le savoir être au savoir-faire : “J’ai dû prendre le temps de transmettre les bons gestes, les bons réflexes, aider chacun à devenir autonome.”

 

Faire face aux imprévus

Au Ballu, Julia Vidalenc a dû gérer “l’arrivée du mobilier deux mois avant la fin des travaux” : “Il a fallu stocker 74 sommiers et autant de matelas, des dizaines d’oreillers… les bouger au gré de l’avancement du chantier et toujours savoir où étaient les choses pour tout retrouver le moment venu.” Un épisode “très fédérateur” pour l’équipe qui se mettait alors en place, explique-t-elle, “jusqu’au chef de cuisine qui était mis à contribution pour porter le mobilier et les objets de déco”. Avis partagé par Tiphaine Brossier : “Quand on vit une ouverture, on partage tout avec l’équipe : les doutes, les bons moments, les poubelles à vider jusqu’aux imprévus de chantier. Je me souviens de la première livraison de boissons qui a dû se faire à 100 mètres du château, car les routes d’accès n’étaient pas terminées. Nous avons dû remonter toutes les caisses de bouteilles à bout de bras !”

 

Créer une atmosphère

La marque de déco Maisons du Monde a été un vrai plus en matière de positionnement. Cela a créé une dynamique dans l’hôtel”, détaille la directrice de l’établissement nantais. Même satisfaction du côté du Ballu, où les partis pris en termes de couleurs - jaune, bleu, rouge, ton sur ton… - et de matériaux - chrome, bronze, Bakélite, cuir, bois, laine, velours… - sont volontairement “forts”. Quant au Château de Sacy, “il était attendu en Champagne, explique Tiphaine Brossier : Pendant les travaux, j’avais beaucoup communiqué sur les réseaux sociaux à propos de l’état d’avancement du chantier. Si bien qu’avant même l’ouverture, nous avions des réservations pour le restaurant et l’hôtel.”

 

Lancer la phase de soft opening

Qui dit ouverture, dit aussi rodage. Une période de quelques semaines, où les prix pratiqués sont souvent attractifs. Ils étaient en baisse d’environ 20 % pour séjourner au Maisons du Monde Hôtel & Suites, “avec encore des peintres dans les couloirs”, se souvient la directrice. “C’est une façon de se faire connaître”, commente Julia Vidalenc. “À condition de veiller à ne pas casser le marché concurrent”, renchérit Anne-Claire Carteron.  

 

#ouverture #hotel #juliavidalenc #anneclairecarteron #tiphainebrossier #maisonsduMonde #chateaudeSacy #LeBallu


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services