×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Comment opter pour une piscine respectueuse de l'environnement ?

Hôtellerie - mercredi 16 mai 2018 10:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Il existe des solutions pour faire des économies d'eau et d'énergie en ayant une piscine dans son établissement. À cela s'ajoute l'option du bassin naturel, dépourvu de tout produit chimique, qui utilise le procédé naturel d'épuration du lagunage.



Contrairement à certaines idées reçues, piscine et développement durable peuvent faire bon ménage. Il existe, en effet, des gestes simples qui limitent les consommations d'eau et d'énergie. Par exemple : couvrir la piscine pour éviter l'évaporation d'eau, adapter la pompe à filtration à la taille du bassin, bien calculer le temps de filtration (si la piscine est à 28°C, il faut faire tourner la pompe 14 heures dans la journée) ou éclairer le bassin avec des ampoules LED. Quant à la température de l'eau, la pompe à chaleur est plus économique que le réchauffeur électrique. Mieux encore : des panneaux solaires thermiques peuvent aussi permettre de chauffer une piscine.

"Les Français sont contents de nager au milieu des algues et des poissons"

La baignade 'écologique' a aussi le vent en poupe. La piscine naturelle du Novotel de Lausanne Bussigny, en Suisse, est "un véritable succès", confie-t-on chez AccorHotels. Mis en place depuis 2008, ce bassin utilise le procédé naturel d'épuration du lagunage par le biais de la végétation et des écosystèmes aquatiques. Aucun produit chimique en vue, donc. Cette piscine requiert néanmoins l'emploi de pompes pour faire circuler l'eau et de filtres classiques pour éviter qu'elle ne se transforme en mare. En pratique, ce sont les écosystèmes qui assurent le maintien de la qualité de son eau. La zone de régénération du bassin, située en périphérie de l'espace réservé à la baignade, constitue le lieu de développement des plantes aquatiques responsables de la filtration de l'eau. Parallèlement, d'autres espèces de plantes assurent l'oxygénation de la piscine. 

Écologique, économique, le bassin naturel est également esthétique. 
"Lorsque j'ai fait l'acquisition du Château de l'Épinay, à Saint-Georges-sur-Loire (Maine-et-Loire), une piscine au fond bleu avait été construite près d'une tour du 13e siècle : ça me gênait", se souvient Patrice Montuoro. Depuis, il a transformé la bâtisse, entourée d'un parc de 56 hectares, en hôtel de 20 chambres avec spa et bassin naturel, affilié Hôtels & Préférence. La réaction de ses clients, qui découvrent pour la première fois une piscine non chlorée, varie en fonction de leur culture : "Les Européens du Nord trouvent ça génial, mais normal. Les Français sont contents de nager au milieu des algues et des poissons. Quant aux Américains, ce sont les plus surpris, car habitués à des piscines très formatées."


Anne Eveillard
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services