Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

La Villa Valmer abritera un hôtel 5 étoiles

Hôtellerie - vendredi 27 avril 2018 10:53
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Marseille (13) La transformation d'une villa marseillaise en établissement de luxe mécontente les professionnels du secteur.



La création d'un 5 étoiles au sein de la Villa Valmer suscite le mécontentement de l'Umih 13.
© Stéphane Stasi
La création d'un 5 étoiles au sein de la Villa Valmer suscite le mécontentement de l'Umih 13.

L'avenir de la Villa Valmer fait des vagues. La ville de Marseille a lancé un appel à projets pour cette bastide de la Corniche, très appréciée pour son jardin public exubérant et sa vue sur la rade. Le projet retenu est celui d'un hôtel indépendant 5 étoiles, porté par le promoteur Pierre Mozziconacci et l'agence d'architecture marseillaise 331 Corniche. 

L'établissement de 39 chambres devrait accueillir une brasserie chic (sous la houlette du chef Jean-Marc Banzo), une salle de sports, un petit spa, une salle de séminaires, une piscine extérieure et un parking souterrain. Soit un investissement global de 13,9 M€, contre un bail emphytéotique de soixante ans.

 

Un projet contesté

Pour Dominique Vlasto, adjointe au tourisme à la mairie de Marseille, cette cession est un moyen de "sauver le patrimoine". Mais cette annonce a soulevé de vives critiques de la part des élus d'opposition, des écologistes, des riverains et des hôteliers, tous regrettant de ne pas avoir été consultés. 

Selon Nicolas Guyot, vice-président de l'Umih 13, président des hôteliers indépendants et directeur de l'hôtel Carré Vieux Port, ce projet tombe mal : "Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Marseille ne dispose ni de casino, ni d'endroits pour arrimer des yachts, et nous comptons un seul restaurant 3 étoiles [Le Petit Nice Passédat, NDLR]. Il faudrait d'abord conforter l'offre luxueuse en termes d'infrastructures, plutôt que de créer la déception.

Par ailleurs, le professionnel déplore le rythme massif d'ouvertures que connaît actuellement la cité phocéenne : "NH, Golden Tulip, Toyoko Inn, le projet d'hôtel Mercure sur la Canebière… Il faudrait y aller crescendo, plutôt que de procéder à des ouvertures massives. Aujourd'hui, on compte 8 700 chambres à Marseille, et près de 12 000 logements Airbnb ! On a des saisons d'hiver très creuses. Or, les 5 étoiles sont un peu ceux qui font la pluie et le beau temps. Si c'est vide, ils vont baisser leurs prix. Toute l'offre marseillaise s'alignera et s'en trouvera pénalisée".


Violaine Brissart
Journal & Magazine
Services