Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Coup de jeune pour le plus ancien hôtel d'Aigues-Mortes

Hôtellerie - jeudi 24 août 2017 09:18
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Aigues-Mortes (30) Racheté par un professionnel local et rénové pendant plus de quatre mois, l'hôtel Saint-Louis traverse cette nouvelle saison estivale avec des services également mis à jour.



La façade du XVIIIe siècle de l'hôtel niché dans les remparts.
© DR
La façade du XVIIIe siècle de l'hôtel niché dans les remparts.

C'est dans un bâtiment du XVIIIe siècle que sont aménagées les vingt-deux chambres du Saint-Louis, l'hôtel le plus ancien d'Aigues-Mortes (Gard). L'établissement 3 étoiles, repris par Fabien Ravo, vient de faire peau neuve après quatre mois et demi de travaux, pour une ouverture au printemps dernier. Le nouveau propriétaire, qui a précédemment occupé le poste de directeur au Yacht Club de la Grande-Motte (Hérault) pendant une douzaine d'années, a surtout mis l'accent sur le confort, en équipant notamment l'ensemble des chambres de baignoires à jets massants ou douches à l'italienne. En respectant le cadre historique de cet hôtel intégré aux remparts de la cité. L'architecte Corinne Farras a été chargée de cette mission de modernisation des chambres et des espaces d'accueil, avec en plus l'aménagement d'une zone de spa pour offrir davantage de service à la clientèle, au-delà de la restauration. 

"Nous n'avons pas eu affaire aux Bâtiments de France, puisque nous n'avons pas touché à la façade, mais nous avons voulu donner une touche de modernité tout en préservant l'authenticité", commente Fabien Ravo. À l'arrière, le patio à l'ombre des grands arbres a également été préservé. L'espace sert aussi de terrasse pour le restaurant de l'hôtel. À l'intérieur, la nouvelle décoration agrémentée d'oeuvres contemporaines se marie avec le cadre plus cosy du salon et du tout nouveau bar à vins, cadre idéal le temps d'un verre et de quelques tapas, où l'on peut croiser le fantôme d'Ernest Hemingway, l'un des hôtes illustres de cet hôtel historique.

Francis Matéo