×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

L'Auberge du Père Bise fait sa révolution

Hôtellerie - mercredi 6 septembre 2017 09:44
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Talloires (74) Jean et Magali Sulpice ont repris en mai dernier cette adresse mythique créée en 1903. Si la restauration est pour eux une partition totalement maîtrisée, l'hôtellerie est un nouveau métier. Après cinq mois de travaux et quelques semaines d'exercice, l'hôtel est déjà classé en 5 étoiles.




Quand Magali et Jean Sulpice décident de reprendre L'Auberge du Père Bise, à Talloires (Haute-Savoie) l'établissement n'est pas à vendre. Il en faut plus pour décourager le jeune couple qui a mis cinq ans à convaincre Charlyne et Sophie Bise, puis à trouver un montage financier pour l'opération. L'Auberge a bien des atouts. Une image exceptionnelle d'abord, puisqu'elle est fréquentée par des touristes du monde entier depuis des décennies. Un emplacement unique ensuite, au bord du lac d'Annecy, dans une baie protégée, et une histoire riche, peuplée d'hôtes célèbres : la Reine d'Angleterre, Winston Churchill, l'Agha Khan ... Le défi est de taille : reprendre un hôtel ancien, classé 4 étoiles, le rénover et le mettre aux normes sans trahir son histoire.

Autre difficulté, faire accepter le projet par l'architecte des bâtiments de France, car l'Auberge se situe dans un périmètre protégé. Enfin, le délai est très court. Quatre mois et demi pour tout refaire. C'est à Xavier Salerio, architecte chez Créa Design, qu'échoit ce difficile challenge. Jean et Magali Sulpice connaissent l'entreprise, qui a travaillé pour eux dans leur précèdent établissement. "Il fallait épurer, apporter du renouveau, tout en respectant les codes architecturaux de Talloires. Ce n'est donc pas une révolution mais une évolution", explique Xavier Salerio. 

 

Le lac en perspective

"Nous voulions respecter les codes d'un boutique hôtel, la même philosophie. Les axes de vue ont été travaillés, pour apercevoir le lac d'Annecy dès l'entrée et presque partout dans l'Auberge". Le desk en cuir cognac de petite taille permet la convivialité et rappelle une malle de voyage. C'est plus convivial, moins formel. La décoration reprend les codes du luxe, avec des selleries surpiquées, du laiton vieilli, des panneaux en chêne naturel. Partout, ce souci du détail précieux se retrouve, comme dans le bar, avec le meuble en chêne contenant les bouteilles, qui s'ouvre comme une armoire. Ce travail d'ébénisterie d'art, réalisé par Volpon, est habillé d'un intérieur façon malle pour évoquer lui aussi le voyage.

Les couleurs utilisées sur les murs reprennent une gamme de bleus changeant sous les éclairages. La pierre bleue de Savoie, aux multiples nuances, se retrouve au sol. Sept des vingt-trois chambres ont été rénovées. "L'ascenseur qui a été installé a utilisé l'espace de plusieurs chambres. Il a fallu retrouver ailleurs ces surfaces." Ainsi, l'ancienne salle de séminaire a laissé place à une suite avec jacuzzi et terrasse de 100 m2, prolongée au dessus de la véranda du bar. Le lit à baldaquin a été placé sur un podium de trois marches, avec vue plongeante sur le lac.

Toutes les chambres sont traitées dans un même esprit apaisant, avec des meubles en wengé. Les salles de bains, claires et lumineuses, sont carrelées avec des bas reliefs aux motifs dentelle, clin d'oeil à l'histoire de l'établissement. Les autres chambres seront rénovées cet automne.

Le pari est réussi : l'hôtel de L'Auberge du Père Bise a rapidement obtenu son classement en catégorie 5 étoiles. Magali Sulpice, sommelière de formation, en a pris la direction. "C'est un nouveau métier pour moi, ce n'est pas le même vocabulaire, il a fallu apprendre." Charlyne Bise vient de temps en temps lui prodiguer des conseils, n'hésitant pas à remercier le jeune couple. "Ils ont réveillé notre auberge. Ça nous a beaucoup touchés."

Fleur Tari
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services