×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

L'Hôtel à Nantes : un cas d'école côté déco

Hôtellerie - jeudi 7 juillet 2016 11:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nantes (44) L'architecte d'intérieur Sylvie Zerat vient de rénover douze chambres de l'établissement nantais. Une occasion de faire le point sur ce que l'oeil d'un pro peut apporter à un hôtelier.



L'hôtellerie l'inspire. À chaque chantier, c'est une nouvelle aventure, avec de nouvelles rencontres. À L'Hôtel, un 3 étoiles voisin du château des ducs de Bretagne à Nantes (Loire-Atlantique), Sylvie Zerat a eu une grande marge de manoeuvre. Un vrai confort pour cette architecte d'intérieur installée à Paris, qui reconnaît un aspect "plus créatif et plus inventif" dans la rénovation d'un hôtel que dans l'agencement d'une galerie d'art, par exemple, "où tout est pensé pour vendre des oeuvres".

Pour L'Hôtel, elle vient donc de boucler une première vague de rénovation de douze chambres. Deux autres vagues de même ampleur vont suivre. D'emblée, ses priorités ont été de "jouer avec les plafonds bas et éliminer tout ce qui encombrait". Pour cela, elle a posé une ligne noire en amorce du plafond, pour créer une illusion de hauteur. Elle a retiré les lampadaires posés sur le sol ou autres lampes de chevet et remis le mobilier - "initialement trop grand" - à la bonne échelle. Elle a également osé imprimés et couleurs. À l'instar d'une finition léopard dans une chambre ou d'un parti pris tout kaki dans une autre. Sans oublier les papiers peints dans les salles de bains, en harmonie de coloris avec chaque chambre. "Tout a été pensé et réalisé sur mesure, détaille Sylvie Zerat. C'est la meilleure façon de personnaliser chaque espace."

"Fini le beige ou le taupe"

Selon l'architecte d'intérieur, ce qu'un hôtelier attend d'une déco aujourd'hui, "c'est d'être surpris". "Fini le beige ou le taupe, dit-elle. Même chez mes clients les plus classiques, on veut sortir des sentiers battus avec des couleurs franches, tout en restant dans un esprit cosy." Elle reconnaît que parfois elle doit faire de la résistance face à des hôteliers qui ont du mal à se séparer de leur mobilier vintage. Mais elle prend le temps d'argumenter ses choix. "Et à la fin, on me dit que j'ai eu raison", confie-t-elle. Enfin, à ceux qui pensent que solliciter un architecte ou un architecte d'intérieur coûte trop cher, Sylvie Zerat répond que "suite à sa première vague de rénovation, L'Hôtel de Nantes a augmenté ses tarifs et la clientèle a suivi".

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services