Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Viña Vik : un boutique-hôtel au milieu des vignes chiliennes

Hôtellerie - jeudi 31 mars 2016 12:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

CHILI L'établissement conjugue architecture d'exception, suites d'artistes et oenotourisme. Visite guidée.



Le milliardaire norvégien Alexander Vik n'en est pas à son coup d'essai. Trois boutique-hôtels mêlant architecture unique, design et art, ont déjà fleuri en Uruguay. Dans la collection Vik Retreats, le dernier né - et non des moindres - a vu le jour au Chili. Cette nouvelle aventure a commencé lorsque l'entrepreneur s'est mis en tête de créer le meilleur vin d'Amérique du sud. Après deux ans de recherche, il jette son dévolu sur la vallée de Millahue. Le domaine de 4 500 hectares est situé à 200 km au sud de la capitale, Santiago du Chili. L'élaboration du vin est confiée à un oenologue réputé, Patrick Valette, la construction du chai à Smiljan Radic, un architecte chilien de renom… Alexander Vik voit les choses en grand. Le mot d'ordre est l'excellence et l'hôtel Viña Vik n'échappe pas à la règle.


Musée intimiste

Bâti sur le sommet d'une colline, l'établissement signé par l'architecte uruguayen Marcelo Daglio offre une vue à 360 degrés sur les collines plantées avoisinantes et, au loin, les sommets enneigés des Andes. Les baies vitrées sont surmontées par un toit en titanium doré - sculpture tout en courbes qui n'est pas sans rappeler le travail de Frank Gehry et Richard Serra.

À l'intérieur, l'art est omniprésent. Des oeuvres du Chilien Roberto Matta et d'Anselm Kiefer (auquel le Centre Pompidou consacre une exposition jusqu'au 16 avril) s'invitent dans le salon. La conception des suites (une vingtaine au total) a été confiée à des designers ou des artistes, parmi lesquels le Japonais Takeo Hanazawa, le street artiste chilien Diego Roa, ou encore le Norvégien Kjell Nupen. Chaque chambre est un univers à part entière. L'une revisite la tradition portugaise des azulejos (carreaux de faïence peints), l'autre rend hommage au designer italien Piero Fornasetti en exposant certaines de ses créations… On se croirait dans un musée intimiste, bordé d'un jardin d'inspiration japonaise.

Œnotourisme, balades équestres ou à vélo viennent compléter le programme. À moins que les clients ne préfèrent le farniente. Il suffit alors de se plonger dans la piscine ou dans une étonnante baignoire suspendue en forme de hamac, avec vue panoramique.


Violaine Brissart
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services
  Articles les plus lus