×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Réussite : Anne Jousse cultive l'esprit de famille au sein de Bessé Signature

Hôtellerie - mercredi 25 novembre 2015 10:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

À la tête du groupe familial, qui compte six hôtels, Anne Jousse souhaite poursuivre sa politique de développement vers Londres. Ancien courtier en assurances, elle s'est prise de passion pour l'hôtellerie en 2003.



"Après une école de commerce - Audencia - et une maîtrise de droit à Nantes, il y avait une logique à ce que j'intègre l'entreprise familiale de courtage en assurances", explique Anne Jousse. Et elle va y rester durant vingt ans. "Au début des années 2000, lorsque nous avons cédé une partie de notre activité, nous voulions réinvestir dans une nouvelle branche, raconte-t-elle. Or, mon père avait déjà acquis le Domaine de La Bretesche, un hôtel avec restaurant et golf, près de La Baule. Alors pourquoi ne pas creuser dans le secteur de l'hôtellerie ? Et c'est à moi que l'on a confié cette mission."

Au départ, Anne Jousse avance à tâtons. Elle observe et s'aperçoit vite de la limite d'une activité saisonnière, comme celle de La Bretesche. Elle ne voit donc qu'un scénario possible pour investir dans l'hôtellerie : s'implanter à Paris. Avec trois quartiers de prédilection : Saint-Germain-des-Prés, l'Opéra et les Champs-Élysées. Pour elle, "l'emplacement d'un établissement, où l'on peut toucher une clientèle d'affaires et de loisirs, c'est le premier critère de sélection."

 

"Regarder, écouter, apprendre"

En 2003, Anne Jousse fait ainsi l'acquisition du Bel-Ami, à deux pas de l'église Saint-Germain-des-Prés. "Une société de management hôtelier s'occupe du fonctionnement de l'établissement. Moi, je ne fais que regarder, écouter, apprendre et jeter un oeil sur les comptes." Mais elle se prend au jeu. En 2007, elle reprend l'hôtel Edouard 7, avenue de l'Opéra, alors qu'elle travaille toujours dans les assurances. Cette nouvelle acquisition parisienne, "où tout était à refaire", l'incite à s'impliquer davantage au sein de Bessé Signature, qui réunit les hôtels du groupe familial. Elle quitte les assurances et prend en main la gestion de l'Edouard 7. Ce qui lui plaît le plus ? "La variété de la tâche, à la fois liée au commercial, à la communication, la gastronomie, la déco…" À cela s'ajoute une politique de développement encouragée par "des taux d'intérêt à la baisse".

 

Deux vagues de travaux prévues au Montalembert

En 2010, Anne Jousse part à la conquête des Champs-Élysées. Elle jette son dévolu sur l'Hôtel de Sers. "Il n'y avait pas de travaux à prévoir, l'établissement fonctionnait bien, la reprise a été assez simple", dit-elle avec le recul. Cette acquisition va, en outre, permettre à Bessé Signature de proposer "une offre complète", avec trois hôtels haut de gamme dans trois quartiers emblématiques de la capitale et un hôtel dédié au dépaysement, au sport, à la détente, proche de l'océan. "On s'est alors demandé si cela était bien raisonnable de poursuivre notre développement, confie Anne Jousse. Mais lorsqu'en 2012, nous avons eu l'opportunité de l'Hôtel Vernet, puis en 2015 celle du Montalembert - qui fait l'objet de deux vagues de travaux d'ici à avril 2016 -, les doutes se sont estompés. Car en image et en emplacement, on ne s'est pas trompé en rachetant ces lieux."

Aujourd'hui, le groupe Bessé Signature, dont le siège social est resté nantais, souhaite se développer au-delà de nos frontières. Londres est dans la ligne de mire. Anne Jousse guette la bonne opportunité. Une méthode qui lui réussit, même s'il faut "retrousser ses manches et se battre" face à "une concurrence de plus en plus accrue".


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services