×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Armotour, l'association qui part en guerre contre "l'uberisation" de l'hébergement touristique

Hôtellerie - jeudi 23 juillet 2015 14:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le 21 juillet dernier, un petit groupe d'hôteliers et de professionnels de l'hébergement a déposé les statuts d'une nouvelle association qui s'est donné pour objectif de défendre les intérêts de l'hébergement touristique et commercial en luttant contre l'expansion des meublés touristiques.



Jean-Bernard Falco est le président de la nouvelle association Armotour.
Jean-Bernard Falco est le président de la nouvelle association Armotour.

Alors que le combat contre les pratiques des OTA est en bonne voie de régularisation en faveur des hôteliers, une nouvelle bataille s'engage pour certains professionnels : celle contre 'l'uberisation' du marché de l'hébergement touristique. Ces hôteliers et hébergeurs se sont réunis au sein de l'Association pour la réforme et la modernisation de l'offre d'hébergement touristique en France (Armotour). Pour eux, l'expansion grandissante des meublés, sans qu'ils soient soumis à aucune réglementation particulière et uniquement grâce aux pouvoirs de communication apportés par internet, procure un profond sentiment d'injustice. Airbnb prévoit ainsi de recenser 40 000 logements à Paris d'ici deux ans, alors que le parc hôtelier dans la capitale stagne autour de 79 000 chambres depuis cinq ans. Les raisons de la colère qui agite les professionnels ne concernent pas tant l'afflux grandissant d'appartements que l'absence de réglementations à leur égard, qu'elles soient sociales, fiscales, d'hygiène ou de sécurité. Autant de réglementations obligatoires pour les hébergements touristiques traditionnels.

Un outil de lobbying

La nouvelle association veut peser sur les pouvoirs publics et "faire respecter la loi" grâce à des actions de lobbying. L'exemple new-yorkais est à cet égard significatif : Airbnb y a été contraint de retirer du marché un certain nombre d'appartements. Reste pour Armotour à se donner des moyens. Un appel aux adhésions vient d'être lancé. L'association, qui vient de recueillir le concours de Best Western et possède déjà plus de 300 hôtels adhérents, espère le soutien des hôteliers indépendants. Le montant de l'adhésion a été fixé à 1 000 € (modulable selon certaines conditions). "Nous devons réunir un minimum de fonds pour être crédible. Cela nous permettra de faire intervenir les plus grands cabinets juridiques connus pour leur expertise en lobbying, et les faire intervenir auprès des pouvoirs publics pour faire respecter la loi", explique l'association.

Si les hôteliers estiment leur cause juste, le combat n'en sera pas moins difficile, tant le modèle incarné par l'entreprise Uber (une économie dite du partage) est d'actualité. "L'uberisation, c'est aussi la promesse d'une nouvelle expérience de consommation", écrit Philippe Moati, cofondateur de l'observatoire Société et Consommation. Il faudra donc à Armotour, beaucoup de volonté, de ténacité et de moyens pour faire entendre sa voix, pour le respect du droit et le maintien de l'équité entre tous les secteurs de l'hébergement.


Catherine Avignon
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services