×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Meublés touristiques : la mairie de Paris procède à des contrôles

Hôtellerie - vendredi 22 mai 2015 15:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Ce nouveau type d'hébergement est dans le collimateur de la municipalité. La raison : le nombre exponentiel d'appartements référencés (40 000 sur Airbnb), parfois de façon illégale.



Avec 40 000 logements proposés sur Airbnb, Paris est le premier marché de l'agence en ligne, devant New York, a déclaré Brian Cheski, p.-d.g du site de location, lors d'une visite dans la capitale en février. La Ville de Paris s'est toutefois rendu compte qu'une partie de ces meublés n'étaient pas en conformité avec la réglementation, notamment lorsqu'il s'agit de résidences secondaires (pour lesquelles les propriétaires doivent demander un changement d'usage et payer une taxe supplémentaire).
 
C'est pourquoi, avant la saison estivale, la mairie de Paris a envoyé une vingtaine d'agents de la direction logement et habitat afin de réaliser des contrôles inopinés dans 80 immeubles situés dans le quartier du Marais, le plus fréquenté par les touristes. En effet, si le développement des meublés est aujourd'hui devenu une question sensible pour la mairie de Paris, c'est parce qu'il a un effet direct sur la population. En effet, la location de meublés touristiques vide la ville de ses habitants, puisque l'offre de logements pour les Parisiens diminue et devient plus chère.

Pour les hôteliers, qui doivent appliquer depuis janvier la hausse de la taxe de séjour, la pilule est difficile à avaler. "Non seulement nous subissons une surcapacité avec l'arrivée récente de nouvelles chambres, mais nous devons également supporter la concurrence d'Airbnb, qui ne subit pas les mêmes obligations, à savoir les mêmes réglementations et taxations que nous", s'exclame Serge Cachan, président d'Astotel. Une situation d'autant plus difficile à supporter que la conjoncture économique est plutôt morose depuis le début de l'année, et que la reprise de l'activité estivale risque fort d'être compromise dans ce nouveau contexte.

 

Une position différente pour Accor

Toutefois, si les hôteliers indépendants semblent tout à fait remontés contre le développement exponentiel de ce nouveau géant de l'hébergement, ils ne pourront pas compter sur le groupe Accor pour les suivre sur ce terrain. Sébastien Bazin, p.-d.g. du groupe, a affirmé le 23 février dernier, lors d'un colloque organisé par l'Essec : "Il n'y a aucune raison de se battre contre Airbnb sur le terrain de la taxation aussi longtemps que la compagnie restera sur ses valeurs, à savoir fournir d'offrir une expérience 'comme à la maison'."

Les hôteliers ne sont pas au bout de leur peine, puisque le directeur général France d'Airbnb, Olivier Grémillon a affirmé, au cours de ce même colloque, qu'il visait les 900 000 appartements référencés à Paris.
Catherine Avignon

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services