×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

Quelles relations entre restauration et digitalisation ?

Gestion et marketing - vendredi 12 mai 2017 17:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Faut-il tout digitaliser dans un restaurant ? Quels sont les atouts de la dématérialisation ? A quels moments peut-on encore privilégier la relation directe avec le client ? Réponses avec Bernard Boutboul, à la tête du cabinet Gira Conseil.




Donner une tablette à consulter pour accéder à des informations, tel que le bilan carbone d'un plat, mais pas pour choisir son menu, car c'est là que le service prend tout son sens, selon Bernard Boutboul.
© DR
Donner une tablette à consulter pour accéder à des informations, tel que le bilan carbone d'un plat, mais pas pour choisir son menu, car c'est là que le service prend tout son sens, selon Bernard Boutboul.


Contrairement à certaines idées reçues, la digitalisation de la restauration n'est ni un gadget, ni un effet de mode. Pour Bernard Boutboul, créateur et directeur général du cabinet Gira Conseil, c'est "l'utilisation des outils numériques au profit de la relation commerciale". La digitalisation facilite le quotidien du restaurateur : elle lui permet de passer commande à ses fournisseurs ou encore de faire sa déclaration d'impôts. Pour le consommateur, elle permet d'identifier en amont l'endroit où il va déjeuner ou dîner, réserver une table, précommander son repas… Toutefois, Bernard Boutboul émet des réserves quant à l'excès de digitalisation : "Il faut continuer à distribuer et commenter la carte des menus au client, échanger avec lui. Même chose quand on le place à table et durant le déroulement du service. On peut lui donner une tablette à consulter, mais celle-ci ne contiendra que des informations sur les fournisseurs de viande, de fruits et légumes, ou encore sur le bilan carbone d'un plat."


"L'addition est une séquence technique et pas écologique"

Quid de l'addition ? "Elle est 100 % digitalisable", affirme le patron de Gira Conseil. "Car c'est une séquence technique et pas écologique, puisqu'elle émet du papier. Mieux vaut prendre le temps de dialoguer avec le client sur la façon dont s'est passé son repas et dématérialiser l'addition, comme c'est le cas dans certains restaurants américains. En Californie, par exemple, l'addition peut être envoyée par mail, le client la paye alors par carte de crédit, tout en donnant son avis sur le repas et le restaurateur enrichit ainsi son fichier clients." 
Enfin, concernant les avis laissés sur le Web à l'issue d'un déjeuner ou d'un dîner, Bernard Boutboul ne les voit pas d'un si mauvais oeil : "Ils constituent l'identification d'un restaurant."


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services