×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Pascal Barbot : ses goûts sont dans la nature

Formation - Écoles - lundi 8 avril 2019 15:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :


Le chef étoilé Pascal Barbot en pleine démonstration culinaire, lors de la conférence Food & Society, à Paris.
Le chef étoilé Pascal Barbot en pleine démonstration culinaire, lors de la conférence Food & Society, à Paris.

“Je viens de la campagne. À 18 ans, je sortais de l’école hôtelière et je suis parti cuisiner dans la montagne, au cœur du parc des volcans d’Auvergne. ” C’est là-bas que le  Vichyssois Pascal Barbot, chef étoilé de l’Astrance à Paris (XVIe), a commencé à s’intéresser aux herbes, plantes et fleurs. Une initiation débutée tôt, donc, avec le botaniste Eric Vallé, puis poursuivie avec l’ethno-botaniste François Couplan, spécialisé dans les plantes sauvages comestibles. Ce dernier, tout comme Pascal Barbot, étaient présents le 30 mars lors de la conférence Food & Society, organisée à Paris (IIIe) par Eric Olmedo, ancien hôtelier et désormais chercheur en anthropologie sociale à l’université de Malaisie.

Parmi les temps forts de ce colloque de trois jours : une démonstration culinaire par le chef de L’Astrance à base d’angéliques, fleurs de roquette, pâquerettes, bégonias et autres pousses de la lune. Une nature dont il a fait des tartelettes, en direct, avant d’amorcer un dialogue culinaire avec le chef malaisien Darren Teoh, spécialiste des produits de son pays. Ensemble, ils ont vanté les vertus d’une cuisine inspirée par l’agriculture locale, voire ancestrale. Même si Pascal Barbot n’a rien contre la culture urbaine. La veille, il était sur le toit du BHV (IVe) pour découvrir le ‘jardin perché’ du grand magasin parisien. Dans ce potager vertical en permaculture de 1 500 m2, le chef de L’Astrance a ramassé du géranium odorant qu’il a ensuite utilisé dans sa cuisine.


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services