×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Dîner dans le noir au lycée de Chamalières

Formation - Écoles - lundi 25 mars 2019 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Chamalières (63) La soirée a concrétisé un triple partenariat : élèves, pôle humanitaire de la faculté de médecine et restaurateurs des Toques d'Auvergne.



Le chef Stéphane Ranieri (L'En-But à Clermont-Ferrand) fait un tour en salle.
Le chef Stéphane Ranieri (L'En-But à Clermont-Ferrand) fait un tour en salle.

Sensibiliser au handicap en montrant à des élèves de BTS première année comment s’adapter face à des clients non-voyants, tel était l'objectif de la soirée dîner à l'aveugle qui s'est tenue au lycée de Chamalière (Puy-de-Dôme). Côté cuisine, les élèves  avaient été placés sous la direction de chefs Toques d’Auvergne, qui ont concocté le menu.

La soirée était organisée en partenariat avec la faculté de médecine. Parmi les 45 convives figuraient donc des futurs médecins, des non-voyants, des professionnels de la santé, etc.  Les bénéfices de ce repas seront reversés à l’association Valentin Haüy (qui aide les aveugles et mal-voyants à sortir de leur isolement).

Cette approche du handicap est très intéressante pour nous, souligne Jean-François Fafournoux, président des Toques d’Auvergne. Et les serveurs doivent donner des informations, raconter ce qu’ils font. 'Je vous ai posé un morceau de pain', 'je viens de remplir votre verre', etc. Les non-voyants ont aussi besoin de savoir comment l’assiette est organisée : légumes à midi, viande au centre, etc.” Et si les  jeunes en salle ont trouvé l’expérience intéressante, certains aimeraient bien tester de manger dans le noir. “La rigueur a été la même que d’habitude”,  insiste Frédéric Huret, professeur de cuisine et Toque d’Auvergne.

#nonvoyants #toquesAuvergne #chamalieres

 

 


Pierre Boyer
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services