Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le retour aux sources pour un ancien de St-Meen Le Grand

Formation - Écoles - mardi 11 septembre 2018 20:20
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

David Sosson (en décontracté) entouré par quelques enseignants du lycée de St-Meen
David Sosson (en décontracté) entouré par quelques enseignants du lycée de St-Meen

Saint-Meen-le-Grand (35) Depuis plus de 40 ans que le lycée hôtelier de Saint-Méen-le-Grand forme des jeunes, les liens avec les anciens élèves ne se sont jamais démentis. En témoigne le passage éclair, cette semaine, de l'un d'entre eux au sein de cette école hôtelière : David Sosson (promotion d'entrée 1989).

Résidant et travaillant actuellement au Qatar, il a profité de l'annulation de l'un de ses nombreux rendez-vous (aux Maldives, cette fois-là) pour venir voir ses parents en Bretagne et faire un saut dans son école de coeur.

Après de multiples expériences en Bretagne (Château de Carantec aux côtés de Patrick Jeffroy, au Grand Hôtel des Thermes Marins à Saint-Malo puis au restaurant La Mère Pourcel à Dinan), David devient en 2001 chef exécutif pendant 4 ans à l'Hôtel Carcosa Seri Negara (Malaisie) et est distingué en Asie en 2004 pour la qualité de son accueil. Il ouvre ensuite le Viceroy Bali Hôtel (Indonésie) et obtient le titre de meilleur restaurant gastronomique de l'île de Bali en 2005 . Par la suite, il est chef exécutif successivement 2 ans au Mövenpick Resort & Casino à Tanger (Maroc) puis 3 ans au Mövenpick Resort & Spa Mauritius (Ile Maurice). De 2010 à fin 2016, il gère 25 restaurants au sein de l'AZF, structure sportive du Qatar (clinique du sport de la Fifa), accueillant les plus grandes équipes sportives du monde.

Depuis 2017, il occupe le poste de chef exécutif pour Qatar Airways (entre 140 000 et 160 000 repas / jour ; 40 menus proposés par jour ; près de 500 personnes sous ses ordres). Il est également, depuis 2014, président de l'association QCP (Qatar Culinary Professionals).

Maniant maintenant parfaitement la langue de Shakespeare, il insiste bien, auprès des jeunes, sur l'importance de l'anglais, même si lui-même, dans ses jeunes années, était plutôt fâché avec cette langue. Un exemple à suivre…


Claude Dibiase