×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Réception : comment former son personnel à l'anglais ?

Formation - Écoles - mercredi 8 juin 2016 17:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Paris (75) Il est utile, voire indispensable, d'avoir au moins une personne en réception qui maîtrise la langue de Shakespeare. Surtout à l'approche de l'été. Mais où et comment lui apprendre ? Réponses avec un spécialiste de la formation professionnelle.



'Plus on anticipe la formation, plus on peut ajuster les cours aux besoins de l'intéressé', souligne Alex Lenoir, ingénieur de formation à l'Afpa.
© DR
'Plus on anticipe la formation, plus on peut ajuster les cours aux besoins de l'intéressé', souligne Alex Lenoir, ingénieur de formation à l'Afpa.

En France, on a  encore du mal avec la pratique de la langue anglaise. Selon l'Education First, notre pays fait partie des cancres de l'Europe en se plaçant au 24e rang sur 27 pays dans la maîtrise de la langue de Shakespeare. Si dans la plupart des groupes hôteliers internationaux basés en France, on pare en interne aux carences linguistiques des personnes en contact avec la clientèle, en revanche dans les entités plus petites, la formation à l'anglais passe par d'autres canaux. À savoir : des modules de formation dans des centres spécialisés dans les langues ou dans la formation des professionnels de l'hôtellerie-restauration, au choix. Dans les deux cas, il faut trouver le module le plus adapté. Car un grand débutant n'a pas la même attente qu'une personne qui comprend la langue anglaise, mais peine à participer à une conversation.

"140 heures en moyenne pour un parcours classique"

En pratique, on peut opter soit pour former tout un groupe en même temps, soit pour des cours individuels. Ensuite, selon les niveaux et les besoins du terrain, il faut choisir le contenu du module. Au sein de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), une fois les attentes repérées, place au sur mesure : on propose un apprentissage de l'anglais ciblé sur des problématiques précises. À titre d'exemple : la gestion de la relation client ou encore la prise en charge des arrivées et des départs à la réception d'un hôtel. "Un parcours classique compte en moyenne 140 heures", précise Alex Lenoir, ingénieur de formation à la Direction de l'ingénierie et de l'innovation pédagogique de l'Afpa. Il existe aussi des formules en accéléré. Quant à la modularisation d'un parcours, celle-ci permet de ne pas mobiliser les salariés toute une semaine non stop. Les intéressés peuvent se former à différents moments de la journée. "C'est une solution plus souple pour le salarié comme pour l'entreprise", souligne encore Alex Lenoir.

Des formateurs anglophones qui connaissent l'hôtellerie-restauration

Quel que soit l'organisme retenu, mieux vaut que les cours soient dispensés par des formateurs anglophones, qui connaissent le secteur de l'hôtellerie-restauration. Autre recommandation : "plus on anticipe la formation, plus on a le temps d'échanger avec l'entreprise, faire le point sur le niveau de la personne à former et ajuster les cours à ses besoins", prévient Alex Lenoir. Et s'il est trop tard avant le rush de l'été, par exemple, pour se plonger dans le 'present perfect', les bons gestes et un savoir être peuvent pallier momentanément une déficience linguistique.

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services