×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Road to Mandalay, un hôtel de luxe au fil de l'eau

Formation - Écoles - mardi 23 février 2016 10:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Yangon (MYANMAR) Les professionnels de l'hôtellerie-restauration qui travaillent à bord de ce bateau-hôtel ont fait un choix atypique : vivre l'aventure dans le fleuron du groupe Belmond, au milieu des paysages exotiques du Myanmar (ex-Birmanie).




Un hôtel flottant sur fleuve Ayeyarwady, au coeur du Myanmar (ex-Birmanie).
© Francis Matéo
Un hôtel flottant sur fleuve Ayeyarwady, au coeur du Myanmar (ex-Birmanie).

Steve Locke est un directeur d'hôtel d'un genre un peu particulier. Ce Néo-zélandais a passé seize ans à bord des bateaux et des trains du groupe Orient-Express, aujourd'hui sous enseigne Belmond. C'est donc un professionnel qui a passé l'essentiel de sa carrière en mouvement, et qui poursuit son chemin sur l'un des fleurons du groupe hôtelier international, sur le bateau-hôtel Road to Mandalay, au coeur du Myanmar (ex-Birmanie). Le directeur supervise les croisières sur le fleuve Ayeyarwady, à bord de cet hôtel flottant qui propose cinq catégories de cabines de luxe.

"Le travail est évidemment très différent ici par rapport à un hôtel traditionnel, surtout au niveau de la logistique, parce qu'on ne peut pas être facilement réapprovisionné" explique Steve Locke. Ce professionnel ne regrette pas d'avoir fait ce choix de carrière, même s'il confie qu'il "faut être un peu fou pour travailler ainsi parce que c'est un espace clos où on doit être présent sept jours sur sept ; nous vivons tous ensemble, nous travaillons ensemble, et ça peut être un peu difficile parfois si on n'y est pas préparé".

Une disponibilité de tous les instants

Miguel Menezes, directeur Food & Beverage à bord du Belmond - Road to Mandalay, précise les qualités pour ce genre d'engagement professionnel au long cours : "Il faut un profil psychologique tout de même particulier, avec d'abord un état d'esprit très positif, et bien sûr avoir des compétences linguistiques pour communiquer dans un milieu forcément très international, au niveau des quatre-vingt membres de l'équipage comme de la clientèle." Le métier à bord du Belmond - Road to Mandalay exige aussi une disponibilité de tous les instants, puisque tous les repas supervisés par le chef sont préparés et servis à bord, du petit déjeuner jusqu'au dîner ; c'est-à dire au minimum du lever jusqu'au coucher de soleil, lorsque les ombres des pagodes et des grandes statues de bouddhas se découpent sur les rivages du fleuve Ayeyarwady.

Un travail qui laisse parfois des plages de loisir pour des escapades exceptionnelles vers le site unique au monde de Bagan (2 724 pagodes bouddhistes sur seulement 40 km² !), le célèbre pont en bois U Bein's Bridge ou la pagode Kuthodaw, 'le plus grand livre du monde' où est gravée dans la pierre l'intégralité les enseignements de Bouddha. Des escapades de quelques heures avant de revenir à bord Belmond Road to Mandalay, dont la décoration est à elle seule une plongée dans l'Asie coloniale, avec son piano-bar, ses cocktails et son restaurant traditionnel hors du temps. 

La beauté de cet environnement compense les inconvénients de l'éloignement et de la durée des missions, qui peuvent aller jusqu'à six mois sans interruption. "Les rapports avec les clients sont également différents et enrichissants car très intimes, puisque le bateau est relativement petit, ajoute Steve Locke. Et c'est d'autant plus agréable que nous avons une grande variété de clientèles internationales, mais qui partagent toutes un certain esprit d'aventure… comme nous."

Francis Matéo