×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Enseigner en restauration : la voie royale de l'ESPE

Formation - Écoles - lundi 5 août 2013 15:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Le master des métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation parcours hôtellerie-restauration permet aux étudiants de licence ou aux détenteurs d'un BTS et de cinq années d'expérience de devenir professeur avec un diplôme bac +°5.



De gauche à droite : Yves Cinotti, Paul Gérony, enseignants, et Yannick Masson, responsable de la filière hôtellerie-restauration à l'ESPE de Midi-Pyrénées.
De gauche à droite : Yves Cinotti, Paul Gérony, enseignants, et Yannick Masson, responsable de la filière hôtellerie-restauration à l'ESPE de Midi-Pyrénées.


À la rentrée 2013, les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) s'appelleront désormais Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE). Le master des métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation (MEEF), parcours hôtellerie-restauration sera préparé à l'université de Toulouse 2 et à celle de Cergy-Pontoise, sur son site d'Antony (92). Le recrutement des futurs enseignants en lycée professionnel ou technologique se fait à partir d'un BTS et 5 ans d'expérience ou après une licence. Deux profils se dessinent : les jeunes, titulaires d'un BTS et d 'une licence qui sortent d'un lycée hôtelier et les professionnels qui ont acquis une certaine expérience, soit dans la durée, soit par leur niveau de responsabilité, et qui souhaitent enseigner.

Au choix, ensuite, les étudiants passeront le Capet pour les établissements technologiques ou bien le PLP (concours pour les lycées professionnels). En deux ans, pendant cette formation au master, les étudiants vont acquérir la pédagogie nécessaire à l'enseignement.

 
Un master de terrain

"La mise en place de ce master s'inscrit dans le contexte de la réforme instaurant le recrutement des enseignants au niveau master et de la création des ESPE remplaçant les IUFM", explique Yannick Masson, le responsable du département hôtellerie, restauration, alimentation à l'université de Toulouse (31). Deux jours de cours et trois jours sur le terrain, "c'est une vraie formation en alternance sur la deuxième année du master, face à une classe. Les étudiants sont en immersion", explique Jacques Lamarque, coordonnateur du parcours pour les métiers de l'organisation de la production culinaire en restauration et les métiers de l'alimentation à l'université de Cergy-Pontoise (IUFM d'Antony).

À travers deux semaines de présentiel à Toulouse et 200 heures de cours à distance, les enseignants en poste dans les lycées professionnels et technologiques français peuvent obtenir le master MEEF parcours hôtellerie-restauration et ainsi valider un niveau d'études bac + 5.

C'est le cursus qu'a suivi Eddy Fourna, 43 ans. Il enseigne aujourd'hui à Grenoble : "à mi-parcours professionnel, j'ai senti le besoin de faire une pause et aussi d'acquérir de nouvelles compétences. Je me suis remis aux études."

À Toulouse, la troisième année de ce master à distance a débuté. Les enseignants, qui viennent enrichir leurs connaissances, doivent rédiger un mémoire sur un thème de recherche autour de l'éducation. Gaétan Orlando, 35 ans, a laissé femme et enfants à Avignon pour venir préparer son master. Ce cuisinier-pâtissier évoluait auparavant chez des étoilés Michelin : "Mon coeur de métier sera désormais la formation. Enseigner s'est imposé à moi comme une évidence. Mon expérience professionnelle me permet d'être plus crédible face aux élèves", témoigne-t-il.

En cuisine, une voie dans laquelle s'orientent de plus en plus de jeunes, les universités se retrouvent face à un manque d'enseignants : il est souvent difficile pour un chef de cuisine, riche d'une forte expérience de terrain, de reprendre les études. "Si vous avez déjà un BTS, on a besoin de vous ! plaisante Bruno Morlet, responsable du master à Antony. Beaucoup d'anciens BTS ou licenciés sont devenus des managers ou directeurs d'établissements et ne pensent pas à se diriger vers l'enseignement." Deux étudiants en master sur trois choisissent le service et le tiers restant s'oriente vers la cuisine. "En production culinaire, il semblerait que les exigences techniques fassent un peu peur aux jeunes", ajoute Yannick Masson.

L'obtention du master MEEF, parcours Hôtellerie-Restauration permet de devenir formateur en cuisine, restaurant ou hébergement en organismes de formation privés ou publics, en écoles de cuisine, pour les groupes hôteliers… ou de se diriger vers des postes de cadre opérationnel dans les entreprises du secteur.
Dorisse Pradal

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services