×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

3e assemblée générale pour le réseau des CFA du Fafih

Formation - Écoles - vendredi 7 septembre 2012 14:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :


130 dirigeants ou représentants de CFA ont assisté à la 3ème assemblée du réseau des CFA du Fafih, qui s'est déroulée cette année dans les Salons de l'Aveyron, à Paris. 130 sur 131, une participation record due aussi au fait que la présence à cette réunion annuelle conditionne désormais l'accès aux aides financières du Fafih. Un durcissement des modalités d'obtention voulu par Didier Chastrusse, président de l'organisme paritaire, légitimé par le montant des sommes engagées. Deux chèques dans l'escarcelle : la dotation 2012 du Fafih, en tant qu'OPCA, prélevée sur le budget de la professionnalisation et qui s'est élevée à 5 700 000 euros. Et la collecte de la taxe d'apprentissage de l'organisme en tant qu'OTCA-IH , soit 7 122 377 euros ( le Trésor public a prélevé 44% de  cette somme,  les fonds dédiés - l'entreprise choisit où va la taxe qu'elle verse- ont représenté 26 % et les fonds dits libres, 30%). En 2013, pour prétendre aux dotations du Fafih, les centres de formations devront bien sûr appartenir au réseau, ils devront également organiser trois conseils de perfectionnement en 2012 , et un représentant de la Commission régionale paritaire pour l'emploi et la formation (CRPEF)  doit être à chaque fois invité et identifié en tant que CRPEF. Le CFA doit aussi rembourser les frais liés à la présence de ce partenaire sociale et, enfin,  faire acte de présence à l'assemblée annuelle du réseau.  Les critères de répartitions pour les fonds libres 2013 se feront, en ce qui les concerne, une nouvelle fois au prorata des effectifs et des diplômes du secteur. Quant aux projets soutenus, ils devront entrer, comme en 2012, dans les catégories suivantes : achat de matériel pédagogique, mise en place d'un voyage d'études et projet pédagogiques innovants. Mais attention, insiste Michel Geiser, directeur général du Fafih : « les dossiers présentés doivent avoir pour objet uniquement les apprentis de la filière ».

Le permis de former

Parmi les thèmes abordés durant cette journée qui se veut extrêmement pratique et informative,  la POE collective, le référentiel des compétences clés avec le travail effectué pour combattre l'illettrisme et la mise en place des nouvelles modalités d'alternance. Le futur permis de former était également à l'ordre du jour et c'est Grégory Hulin, responsable emploi/formation au Synhorcat, qui s'en est fait le porte-parole. A l'origine, les préconisations du Livre Blanc établi par Régis Marcon au travers de la mission qu'il mène en faveur de l'apprentissage. « La formation obligatoire des tuteurs et des maîtres d'apprentissage est la clé de voûte de l'engagement vers la qualité » : cette phrase, rappelée par Grégory Hulin, résume l'esprit qui préside à ce 'permis  de former '. Le principe ? « Une formation unique et commune au contrat d'apprentissage et au contrat de professionnalisation » avec, pour objectif, la capacité à accueillir les entrants, à les encadrer, à leur transmettre les bons savoir-faire, à savoir évaluer. Deux modules, l'un de 14 heures pour les professionnels qui n'ont jamais eu de jeune en contrat et une formation de 4 heures pour tous ceux qui ont déjà eu des jeunes en contrats d'apprentissage ou de professionnalisation. « Avoir conscience de la formation, vouloir s'inscrire dans une démarche constructive et sur du long terme », l'enjeu pour la profession est réel. L'aspect obligatoire peut bien sûr est ressenti comme une contrainte, mais la valorisation du secteur et une bonne transmission des savoirs sont dans la visée. La mise en place de ce permis de former devrait être entérinée à l'occasion de la prochaine commission mixte paritaire, annonce Grégory Hulin. La profession voudrait que la formation soit obligatoire à partir du 1er juin 2013. Un souci toutefois : si le Fafih sera compétent pour instruire et financer ces actions de formation à destination des salariés, le financement pour les patrons et chefs d'entreprises est une autre histoire.
Sylvie Soubes

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services