×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Corot Formations : de l'apprentissage à la professionnalisation

Formation - Écoles - mardi 5 juin 2012 17:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Marseille (13) Corot Formations ne se cantonne plus à l'apprentissage. Il étend son champ de manoeuvre à l'alternance, via les contrats de professionnalisation et la formation de salariés de l'entreprise. Objectif : s'ouvrir à de nouveaux publics et mieux répondre à la demande des professionnels.



De gauche à droite : Christian Vambersky (directeur général de Corot Formations), Mégane, Sami, Nora, Émilie, Jean-Robert (élèves de bac pro), Daniel Giron et Robert Letto (professeurs de restaurant).
De gauche à droite : Christian Vambersky (directeur général de Corot Formations), Mégane, Sami, Nora, Émilie, Jean-Robert (élèves de bac pro), Daniel Giron et Robert Letto (professeurs de restaurant).

Christian Vambersky, directeur général de Corot Formations, ne parle pas à la légère. Il y a deux ans, il assurait : "Les CFA privés comme le nôtre sont des entreprises. Elles fonctionnent en flux financiers tendus. Les TPE, notre coeur de clientèle, génèrent peu de taxes d'apprentissage et les conseils régionaux réduisent leurs budgets. Pour couvrir les coûts de formation, il faut rationaliser l'offre, proposer des contrats de professionnalisation (bac pro). Il faut aussi offrir des formations courtes, type CQP en 6 mois, mieux adaptées à la demande de la profession."

C'est aujourd'hui chose faite. Désormais, Corot n'est plus seulement un CFA qui forme les jeunes aux CAP et BP cuisine, restaurant et BTS hôtellerie-restauration. Il s'est ouvert à la rentrée 2011-2012 aux contrats de professionnalisation avec deux bacs pro (cuisine, commercialisation et services en restauration) et des CQP (Certificats de Qualification Professionnelle) serveur en restauration, option sommellerie et commis de cuisine. Ils seront complétés à la rentrée 2012-2013 par les CQP barman de nuit et pizzaïolo en restauration. Pour Christian Vambersky : "Les bacs pro sont complémentaires de l'apprentissage. Ils permettent d'attirer des jeunes plus âgés, de 18 à 20 ans, disposant d'un véhicule, d'un projet professionnel plus structuré et parfois d'un parcours généraliste. Ils répondent aussi à la demande des professionnels qui sont dans une logique d'investissement pour la formation. Quant aux CQP, plus courts et plus spécialisés que les formations diplomantes, ils permettent aux jeunes de se tester sur le métier et de poursuivre éventuellement un cursus. Ils permettent aussi de développer des pratiques pédagogiques centrées sur les compétences et les aptitudes de chacun."

Les métiers de la salle en question

 
Corot compte s'appuyer sur son savoir-faire pour développer les plans de formation des entreprises destinés aux salariés. Le seul point noir, commun à tous les établissements de formation, étant le peu d'appétence des jeunes pour les métiers de la salle. Pour Christian Vambersky : "Ils ont l'impression d'être considérés comme des porteurs d'assiette et d'apprendre des techniques, du type découpage ou flambage, qui n'ont plus cours dans les restaurants d'aujourd'hui. Pour faire face à ce problème, on devrait peut-être réfléchir à la définition du métier de serveur, aux attentes de la profession et des clients et mettre l'accent sur les techniques de vente."

Dominique Fonseque-Nathan

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services